Tchad : la classe politique de l’opposition condamne la répression de la marche pacifique

Les chefs des partis politiques de l’opposition démocratique se sont réunis d’urgence ce samedi. Ils disent avoir appris avec effarement les violations des droits de l’homme et des libertés exécutées par les forces de l’ordre, sur instruction expresse du gouvernement.

Selon l’opposition démocratique, la manifestation organisée par les associations pour une marche pacifique avait été préalablement annoncée, le parcours connu et les responsables identifiés. C’est donc une activité légale. L’opposition note l’arrestation de monsieur Mahamat Bahr président du parti RPR avec trois de ses militants, ainsi que les responsables des associations de jeunes.

Les partis politiques de l’opposition condamnent fermement ces pratiques anti-démocratiques dignes d’une république bananière. Ils exigent du gouvernement la libération immédiate de ces détenus politiques, la cessation de toute poursuite judiciaire à leur encontre, le strict respect des dispositions de la constitution relatives à la liberté d’expression et de manifestation. L’opposition politique demande l’instauration immédiate d’un dialogue national tel que souhaité par les acteurs politiques et sociaux lors du séminaire du 21 décembre 2015.

Aussi, l’abandon immédiat de la pratique illégale de l’interruption des communications, notamment l’internet qui subit des coupures intempestives sur ordre du gouvernement est suggéré.

Les chefs de partis politiques de l’opposition démocratique  invitent, une fois encore, la population à la vigilance et à la sérénité. Ils apportent leur soutien total et actif à la jeunesse tchadienne qu’ils encouragent à poursuivre la lutte pour un Tchad meilleur, par des voies démocratiques et pacifiques.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :