Tchad – France : lancement du projet d’appui aux formations et écoles doctorales

Tchad – France : lancement du projet d’appui aux formations et écoles doctorales

ENSEIGNEMENT – Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation en partenariat avec l’ambassade de France au Tchad ont présenté des projets d’appui aux formations et écoles doctorales du Tchad ce lundi à N’Djamena. La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le ministre de tutelle, David Houdeingar.

Financé par la coopération française, le projet d’appui aux formations et aux écoles doctorales du Tchad a été présenté officiellement ce lundi 18 novembre à N’Djamena. La cérémonie marquant l’ouverture des travaux a été présidée par le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, David Houdeingar.

Le projet a pour but de parachever la reforme du cycle Licence-Master-Doctorat (LMD) initié au début des années 2000 et de constituer une masse critique d’enseignants-chercheurs tchadiens habilités par le CAMES, capables de mettre en œuvre les formations doctorales dans le cadre des écoles doctorales.

Ce projet est le résultat d’une collaboration entre les services du ministère et ceux de l’Ambassade. D’un montant de 500 000 euros et d’une durée de deux ans, il prévoit un soutien aux deux écoles doctorales : Lettres, Sciences humaines et sociales et Sciences et techniques de l’environnement, à l’équipement de six laboratoires de recherche et à la mise en œuvre de six formations doctorales.

Lancement du projet d’appui aux formation et écoles doctorales du Tchad, prise des participants
Credit Photo : Tchadinfos.com / Adelph

A lire : le nouvel ambassadeur présente ses lettres de créances au président Déby

Dans son message, Jean-Luc Nahel est revenu sur les projets liés à l’enseignement supérieur que la coopération française s’y est investie. Entre autres, on peut citer les formations 2020 proposées par l’École Nationale de la Magistrature (ENAM), l’es Offres de formation de la direction générale des finances publiques (DGFiP) et de l’École nationale des douanes (END), le soutien de la France dans l’enseignement supérieur et la recherche au Tchad, la publication scientifique : Le Tchad des lacs, édité par l’IRD, la signature d’un accord pour l’éducation, l’appui aux formations et aux écoles doctorales du Tchad.

Dans son allocution, l’ambassadeur de France au Tchad, Bertrand Cochery, a montré, d’entrée de jeu, l’importance de la coopération franco-tchadienne. Il a revelé ensuite les défis à relever. Dans un contexte d’augmentation permanente du nombre des bacheliers et de la « concurrence avec les Etats comme l’Allemagne et l’Australie », il faut une géopolitique « dynamique qui doit permettre à la France de se tenir face aux défis qui se présentent ».  Pour lui, « l’accès des jeunes filles au système éducatif, l’employabilité des jeunes » sont les divers défis à relever.

Lire aussi : la visite éclaire de Florence Parly à N’Djamena

Ouvrant les travaux de présentation, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, David Houdeingar s’est adressé à ses collègues de la communauté scientifique. « Vous devez suivre attentivement ces travaux parce qu’il y va de votre intérêt. » Il est pour lui de faire le bilan des efforts que fournis le gouvernement du Tchad pour l’accès à la recherche scientifique.  

Il faut rappeler que le projet recouvre 50 mobilités dans les deux sens, d’étudiants en master et doctorat, de post-doctorat et de missions d’enseignants. Il concerne l’ensemble des universités du pays.

Laisser un commentaire