Tchad : allocution du Président de la République à l’occasion de l’Aid el Kebir

Monsieur le président du Conseil Supérieur des Affaires Islamiques ;
Grands Oulémas, membres du Conseil
Je vous salue et vous remercie pour ces vœux !
Je voudrais en retour formuler les mêmes vœux à vous, à vos familles respectives et à l’ensemble du peuple Tchadien.
En ce jour de fête, force est de constater qu’il est encore des pays qui sont en guerre ; il est encore des personnes, des populations entières qui, à cause des troubles dans leurs pays, n’ont pu célébrer la fête chez eux en famille.

Notre pays, lui, heureusement est à l’abri ; rendons donc grâce au seigneur !
Cette paix, le pays vous la doit aussi, vous, hommes de Dieu. Musulmans et Chrétiens, vous avez été pour beaucoup dans cette stabilité actuelle de notre pays, stabilité pour laquelle on nous envie aujourd’hui. Tout en vous félicitant pour votre engagement sans faille, je vous encourage à continuer la sensibilisation, dans nos mosquées et églises, pour rendre effective et durable la cohabitation pacifique ; cohabitation pacifique entre musulmans/chrétiens d’une part et, d’autre part entre musulmans des différentes confréries.

Les divergences sont inhérentes aux sociétés humaines ; quand elles surviennent, il faut savoir les aplanir, sans passion, par le dialogue.

Au moment où nous faisons face au péril terroriste et aux adversités de toute nature, il n’est dans l’intérêt de personne, d’aucun groupe d’entretenir ou d’inciter à la division. L’heure est plutôt à l’unité nationale ; il faut que chacun de nous travaille dans ce sens.

Dans cette optique je salue le travail combien important de sécurisation de nos mosquées fait, aux côtés des forces de défense et de sécurité, par les jeunes des différents quartiers, depuis les attentats de Ndjamena.

Je les encourage à continuer, ils font œuvre utile ; je souhaite aussi que cela se fasse dans nos églises et nos quartiers de concert avec les forces de défense et de sécurité mais aussi avec les autorités communales jusqu’à ce qu’on arrive à déloger de nos villes et villages le dernier terroriste.

Je demande donc à la population de coopérer et de se soumettre, volontiers, aux opérations des fouilles et contrôles de ces jeunes. La capacité de nuisance des terroristes est, certes, considérablement réduite mais la vigilance est de mise.
Dans votre mission de sensibilisation, il est crucial que vous mettiez au centre des préoccupations la question de l’éducation. Près de deux semaines après l’annonce de la rentrée scolaire, celle-ci reste timide ; il faut que vous vous investissiez davantage ; il faut également plaider pour l’envoi mais surtout pour le maintien des filles à l’école, seul gage de progrès.

Nos filles méritent mieux ! Aussi faut-il aider le gouvernement à mettre fin aux mariages des enfants ; ça les empêche de profiter de leur jeunesse, pire, ça met leur vie en danger. Il faut donc arrêter cette pratique rétrograde. Les dérives que les parents sont légitimement en droit de craindre peuvent s’éviter par l’éducation, par les conseils et par les responsabilités dont ils doivent se prévaloir et en faire preuve.

Parlant des déviations, il ya un peu plus de deux semaines, un groupe de jeunes, filles et garçons, a été pris par les gendarmes entrain de s’illustrer dans des comportements déviants, à la périphérie de la ville, sous la direction d’un expatrié qui aurait pris la fuite.

La perversion faut-il le rappeler n’est pas Tchadienne et elle ne le sera jamais.
Nous voulons pour ce pays des jeunes bien éduqués qui seront à même de prendre la relève demain et non des pervers. C’est pourquoi j’en appelle à la responsabilité des parents. Les enfants, il faut les avoir à l’œil et leur assurer l’éducation nécessaire sinon à quoi bon de faire des enfants.
Monsieur le président du Conseil Supérieur des Affaires Islamiques, messieurs les membres, je vous réitère mes encouragements et mon soutien et je vous souhaite, encore une fois, bonne fête de Tabaski.
Je vous remercie !

– See more at: http://presidencetchad.org/affichage_news.php?id=1365&titre=%20Lire%20Discours#sthash.IAWX2GiH.dpuf

2 Commentaires

  1. Keiyang Alkerim Bouïla
    26 septembre 2015 at 4 h 06 min Répondre

    Deby a-t-il lui assuré une belle éducation à la jeunesse Tchadienne?

  2. TERIO ZAKARIA
    28 septembre 2015 at 15 h 55 min Répondre

    l’affaire de 23 mai 2013 DIN DIN FERDINAND alias PAPILLON ( commissaire de police PAP) artiste et musicien à perdu procès au tribunal de NDOKOTO et a été condamné ce vendredi 25-09-2015 à 04 moi d’emprisonnement ferme pour les délit suivant: ESCROQUERIE, USURPATION DE TITRE , RECEL D’INDIVIDU et bien d’autre. En effet DIN DIN FERDINAND complote avec des escrocs, des malfaiteurs pour venir bien après a leurs rescousse en se présentant comme Commissaire… il se fait passer comme, commissaire, amenè le plaignant et le malfaiteurs dan son domicile il leurs interroge et demande aux plaignant de verser une somme argent tous en gardant le malfaiteurs sans ignorer qu’il le libérera bien après a l’insu du plaignant depuis 2013 jusqu’ici il a réussi à escroquer plusieurs personne parmi lesquelles 4 étrangers ( 2francais, 1 centrafricain, et 1 tchadien) seul le tchadien a pu mettre fin fasse a ce fléau qui continuait a faire des ravages. issus de son arrestation plusieurs personne se sont présentés comme d’éventuels victimes…. connu comme artiste musicien camerounais il met en cause l’image du Cameroun sur le plan régional, national, international

Laisser un commentaire