Tchad : 16 mesures de reforme d’urgence adoptées

Tchad : 16 mesures de reforme d’urgence adoptées

Le gouvernement tchadien vient d’adopter 16 mesures de réforme dites d’urgence, l’annonce a été faite dans le compte rendu du conseil des ministres extraordinaire qui s’est tenu aujourd’hui. Le compte rendu rappelle que ces mesures sont basées sur les quatre piliers du programme du Chef de l’État. À savoir le capital humain, la qualité de vie, l’économie et les institutions. Voici les mesures :

  1. Restructuration des délégations régionales ;
  2. Restructuration de l’ONRTV ;
  3. Restructuration des organismes sous tutelle en charge de la jeunesse, sports, tourisme et artisanat ;
  4. Restructuration des organismes sous tutelle du de la Production, Irrigation et Equipements Agricoles;
  5. Audit organisationnel des projets et programmes ;
  6. Révision des critères d’attribution des bourses des étudiants de l’intérieur ;
  7. Lancement de l’audit des diplômes ;
  8. Réduire la taille des organigrammes des Ministères ;
  9. Réduire de 80% les indemnités de tous les décrétés et tendre vers l’harmonisation des indemnités des agents de l’Etat et des membres des grandes institutions ;
  10. Lancer l’opération de recensement des maitres communautaires ;
  11. Revoir le nombre des goumiers par chef traditionnel et réduire le traitement des chefs traditionnels ;
  12. Réduire le parc automobile de l’Etat ;
  13. Accélération de l’audit des exonérations fiscales et douanières ;
  14. Solliciter un effort exceptionnel de réduction des diverses charges aux grandes institutions ;
  15. Mises-en place d’une commission interministérielle de préparation du budget 2017 ;
  16. Plans et objectifs des reformes sectorielles à préparer par chaque département ministériel.

11 Commentaires

  1. olivier DONANG
    1 septembre 2016 at 12 h 04 min Répondre

    ah,attendons voir alors….c’est bon pour le sommaire des mesures,le traduire maintenant qu’on attend…

  2. abakar brahim
    1 septembre 2016 at 17 h 05 min Répondre

    pensez d’abord a la corruption qui est devenue monaie courrante avant de prendre certaines mesures.

  3. Ibrahim Idriss Ibrahim Djibrine
    17 septembre 2016 at 22 h 34 min Répondre

    Quels les appliqués ses 16 mesures où non ça résout rien à cette crise. Mais si réellement, L’Etat veut se sortir de cette crise, il faut que notre Président et certains de nos Ministre de faire limiter leurs missions ou voyage qui n’avantage pas le pays.

  4. Paulin DJEKONBE
    19 septembre 2016 at 18 h 15 min Répondre

    ces mesures sont certes prises mais elles sont comme un carreau du sucre dans la mer. comment on peut dire quelque chose et faire sont contraire? Ces mesures sont prises sans proposer des actions accompagnatrices. Réduire les indemnités pendant que les prix des produits de premières nécessités (mil, farine, sucre, huile…) restent élevés sur le marché alors que Pahimi kalzeube en a fait son cheval de bataille. Fusionner les délégations pourtant on a promit recruté les jeunes. Réduire les goumiers pourtant on a promit assurer la sécurité et lutter contre les conflits agriculteurs-eleveurs. Couper la bourse pourtant on a décider de mettre fin a la baisse de niveau et nos universités sont manquées des enseignants, bibliothèque, labo, alimentation de qualité, infirmerie, un bus de 30 places qui transporte 60 et qui tombe tout le temps en panne faute de pièces de rechange, connexion internet…
    Padagué Albert n’a qu’à ouvrir grandement les yeux pour voir les immeubles de l’État a n’djamena comme dans les regions occupés anarchiquement par des individus et avec de plus la prise en charge eau+électricité obligeant certaines institutions publiques à s’installer dans des bâtiment en location. certaines institutions telles que NSTT, Société jus… qui reçoivent annuellement la subvention de l’État mais on ne vois pas les produits sur le marché, la cimenterie où en est-on? La cotontchad qui jusqu’à la n’a payé les cotonculteurs. Si Pahimi Albert est garçon il n’a qu’a demandé a sallay de restituer tout ce qu’il a dérober. Même autour de lui dans son gouvernement il y a des vampires qui ont sucé le Tchad a blanc. adjab

  5. Boukar Mahamat Nour
    30 septembre 2016 at 21 h 18 min Répondre

    Prendre des mesures pour remédier cette crise est une initiative salutaire mais les mesures sont prises là où elles ne devront pas etre prises. Que le chef de l’État nettoie chez lui avant d’aborder les autres coins.

  6. Moussa Tchari
    3 octobre 2016 at 16 h 01 min Répondre

    Dans une gouvernance des affaires, la prise des décisions dures ou légers devraient être prises et appliquées quelles que soient les conséquences.
    Ces mesures,dont certains profito – situationnistes craignent de ne pas les supporter pourraient indubitablement assainir la gestion de la chose publique, stimuler la compétitivité.

    Face à une telle crise, les Tchadiens devraient se ressaisir pour mieux faire face au lieu de mettre des bâtons au roue qui roule déjà.
    Comprenons que le Tchad qu’il soit dépendant ou indépendant, nous appartient.
    Si nous acceptons ou refusons les mesures contraignantes,ces conséquences ne peuvent impactées que sur notre propre condition sociale et matérielle. Partant, aucun pays autre que le nôtre subirait ou profiterait de notre choix.

    Chers amis, population du Tchad. Soyons solidaire, soudée. Ensemble, nous pouvons éviter la sécularisation de cette crise.
    Sur ce, nous devrions : construire, produire, transformer et consommer le local, y compris dans nos ambassades.
    A supposer que tous les Tchadiens deviennent des mange – mils, riz, blé locaux, boivent l’eau de robinet de notre sous – sol, exploite l’or et l’or noir par eux -mêmes, le changement serait subséquent.

    Pour ce, l’on doit vaille que vaille préserver la liberté plutôt qu’à la vie.
    Mourir libre est cent fois mieux que vivre en étant esclave. Les Tchadiens devraient s’unir pour faire face à ceux qui les désunis.

    Du moment où, nous aimerions la vie bien plus que notre liberté, tous nos sacrifices seront vains. Il serait mieux de se reposer sous la terre que d’errer en compagnie des faux compatriotes.
    Les bonnes gens devraient se considérer comme des frères de même mère qu’est le Tchad.
    Nous sommes tous enfants du Tchad, par conséquent nous devrions hériter ces patrimoines de manière équitable. Aucun fils de quelqu’un, aucun héro, aucune fille nubile, aucun magicien ou charlatan aussi influent soit – il, ne doit profiter de sa situation pour s’approprier au grand dam de la population entière.
    Tant s’en faut, la sirène de l’impasse serait journalier.

    Pour faire court, les 16 mesures doivent être appliquées à la lettre à tous et partout au Tchad. C’est-à-dire, les moindres négociations ne pourraient qu’affaiblir la gouvernance.
    Accepter ou refuser une chose, c’est choisir le bon sens à bon essiens.
    Que ce soit une issue ou une injonction, nulle ne doit sentir plus que nous – mêmes.
    Ainsi, nous souhaiterions appréhender à toutes les sensibilités de consommer en fonction de ses revenus, surtout le Made In Chad.

  7. Chérif
    4 octobre 2016 at 20 h 14 min Répondre

    Commentaire Rien ne pourrais changer

  8. Weibigue tiebeye
    6 octobre 2016 at 21 h 36 min Répondre

    Je reponds a tahir que c’est pas tous les tchadiens qui ont profité de la vache grace donc qu’il controlf son langage.personne ne paye a la place des intouchable.Weibigue tiebeye.

  9. lacdjolki ouadjonre
    3 novembre 2016 at 23 h 18 min Répondre

    tout prix est un prit.

  10. Paul Mourba
    31 décembre 2016 at 14 h 15 min Répondre

    Des fameuses mésure qui ne profite pas le pays. Le pillages , corruption et la mal gouvernance reviser cela

  11. Djibrine Abdoulaye
    9 juillet 2019 at 16 h 32 min Répondre

    Qui sème mal récolte mal, nous tchadien du président de la République au population, notre souci primordial est le progré, la stabilité du Tchad. Alors si les 16 mesures n’ont rien apportées bah alors faut trouver une autre solution bien plus que meilleur! Aujourd’hui le peuple travers un moment de crise (sociale, économique…) Fatale causée par cette idée machiavélisme. Alors le Tchad est devenu véritablement une descente aux enfers…

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :