Tchad : 10 choses à savoir sur la charte déontologique gouvernementale de la 4e République

Tchad : 10 choses à savoir sur la charte déontologique gouvernementale de la 4e République

Les membres du premier gouvernement de la 4e République ont prêté serment le 10 mai 2018. A cette occasion, ils ont également signé chacun la charte déontologique du gouvernement.

Dès le préambule de cette charte, il est marqué que la fonction de ministre représente une des charges publiques les plus importantes au niveau de l’Etat et son exercice doit reposer sur la confiance. Voici 10 valeurs que renferme cette charte :

1. Le sens de l’État et l’amour de la Patrie : les membres du gouvernement doivent cultiver les valeurs de la République  à savoir l’Unité, le Travail et le Progrès; honorer la Patrie et agir conformément aux principes de la devise. L’amour du Tchad doit prévaloir sur les particularités régionales, religieuses, ethniques, politiques, etc.

2. La primauté de l’intérêt général : toute décision, action et tâche doit s’exécuter dans l’optique de l’intérêt général.

3. La bonne gouvernance : les ministres doivent s’engager à cultiver l’excellence et à promouvoir les pratiques de bonne gouvernance dans leurs départements et dans les structures placées sous leurs autorités.

4. La solidarité et la cohésion : toutes les décisions et tous les actes du gouvernement sont régis par les principes de collégialité et de solidarité. Ils engagent chaque membre tant dans leur élaboration que dans leur mise en œuvre.

5. La responsabilité : les membres du gouvernement ont une obligation de résultat. Ils assument la réussite ou l’échec de leurs actions et missions, selon le principe de responsabilité.

6. L’intégrité et la probité : étant des modèles pour les Tchadiens, les membres du gouvernement doivent en tout temps et en tous lieux observer les valeurs morales et éthiques devant induire une moralisation de la société tchadienne : droiture, intégrité, probité et incorruptibilité.

7. La justice et l’équité : dans le respect des différences, chacun des ministres doit travailler dans un esprit de justice d’équité et d’équilibre avec les autres, dans son département et dans ses rapports avec les usagers. L’impartialité doit être promue dans les pratiques publiques notamment dans les nominations.

8. Le dialogue permanent et la disponibilité : les chefs de départements ministériels doivent se consacrer en priorité à l’exercice des missions qui fondent leurs attributions. Ils doivent entretenir un dialogue permanent et objectif entre eux, avec les acteurs sociaux et les acteurs de leurs secteurs.

9. le respect de la dignité et de la vie humaine : chaque membre du gouvernement considère la vie comme sacrée. Aussi s’abstient-il de toutes paroles et tous actes susceptibles de porter atteinte à la dignité et à la vie humaine.

10. La civilité, la courtoisie et la modestie : les ministres s’engagent dans leurs propos et dans leurs comportements au respect des règles de bienséance, de courtoisie, de modération qui constituent les conditions de base de la cohésion au sein d’un groupe, d’une organisation et d’une société.

Un commentaire

  1. Hamid
    12 mai 2018 at 22 h 03 min Répondre

    Vraiment c’est applicable.
    J’en suis parfaitement d’accord avec cette décision

Laisser un commentaire