Sommet de la Cen-Sad : la communauté se dote d’un nouveau Traité

Sommet de la Cen-Sad : la communauté se dote d’un nouveau Traité

Le sommet extraordinaire de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (Cen-Sad) a été clos ce 13 avril à N’Djamena. Aux termes des travaux, la conférence des chefs d’Etat et des gouvernements a pris une série de mesures allant de la délocalisation du siège de l’institution à l’enregistrement du nouveau Traité.

Dans le communiqué final, la conférence a pris acte des conclusions de la session extraordinaire du conseil exécutif qui a passé en revue le fonctionnement et les perspectives de la communauté ainsi que les voies et moyens de la consolidation de la dynamique de la Cen-Sad. La session extraordinaire du conseil exécutif a précédé la rencontre des chefs d’Etat et des gouvernements.

La conférence s’est félicitée du dépôt du nombre de quinze instruments de ratification et a salué l’entrée en vigueur du traité révisé de la Cen-Sad. Elle a exhorté les neuf Etats membres qui ne l’ont pas fait à y adhérer.

Par ailleurs, elle a instruit le prochain secrétaire exécutif de la Cen-Sad à l’effet de prendre les dispositions nécessaires pour l’enregistrement au secrétariat général des Nations-Unies et à la Commission de l’Union africaine de ce Traité révisé.

Autres décisions majeures

Depuis le dernier sommet de N’Djamena en 2013, les activités de la Cen-Sad ont été suspendues. Dans le cadre de la relance des activités de ladite institution, il est question de renouveler le bureau exécutif. C’est ainsi que la conférence a décidé de la nomination au poste de secrétaire exécutif et son adjoint, pour un mandat de quatre ans, deux hauts cadres respectivement du Niger et du Maroc.

Dans le même élan, la conférence demande au président en exercice de faire installer la nouvelle équipe dans les meilleurs délais pour parachever le processus de réforme et de doter la communauté d’un plan d’actions global lui permettant d’atteindre ses objectifs tels qu’inscrits dans le Traité révisé.

Autre décision à signaler, est le transfèrement provisoire du siège de la Communauté de Tripoli à N’Djamena. La situation sécuritaire en Libye est le motif évoqué pour justifier cette décision. La conférence demande aux autorités tchadiennes d’apporter toute l’assistance nécessaire en vue de permettre au secrétariat exécutif de travailler dans les conditions lui permettant d’accomplir sa mission.

La question de contributions financières pour le fonctionnement de la Communauté a été évoquée. La conférence exprime ses félicitations aux Etats membres qui se sont acquittés totalement ou partiellement de leurs arriérés et contributions au budget de la communauté. Elle invite l’ensemble des Etats membres à se mettre à jour et à continuer le paiement régulier et à date échue, de leurs contributions au budget de la communauté.

La conférence a adopté une déclaration spécifique sur la paix, la sécurité et la stabilité dans la région.

Laisser un commentaire