Sommet CEMAC : la conférence des chefs d’Etat décide de la réforme de certaines institutions de la CEMAC

Le sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la Communauté économiques et monétaires de l’Afrique centrale s’est achevé dans la soirée du jeudi 25 octobre à N’Djamena. Aux termes de la conférence, les chefs d’Etat ont pris un certain nombre de résolutions pour sortir la sous-région de la crise économique et la bonne marche des institutions.

Neuf points constituent l’essentiel des résolutions de la conférence des chefs d’Etat de la CEMAC. Réglementation des changes, lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, redressement économique de la sous-région, réforme des institutions monétaires sont entre autres les points soulignés dans les résolutions.

Pour les Etats membres :

  1. La conférence des chefs d’Etat encourage les Etats membres de la CEMAC à faire respecter la Convention régissant l’Union monétaire de l’Afrique centrale et la réglementation des changes en vigueur en vue de favoriser le rapatriement des recettes d’exportation.
  2. Les Etats membres de la CEMAC réaffirment l’urgence de mettre en œuvre toutes les mesures contenues dans les programmes économiques conclus avec le Fonds monétaire international.
  3. La conférence des chefs d’Etat instruit les ministres en charge des négociations ou du suivi du programme économique avec le FMI de faire montre d’une détermination sans faille dans la mise en œuvre des réformes indispensables au redressement de la sous-région.
  4. La conférence des chefs d’Etat encourage les Etats membres à mettre en place, suivant le calendrier convenu, le plan d’actions du Groupe d’actions contre le blanchiment d’argent en Afrique centrale (GABAC) visant à pallier les faiblesses identifiées dans les dispositifs de lutte anti-blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.

Pour les institutions financières

  1. La conférence des chefs d’Etat encourage la Banque des Etats de l’Afrique centrale à poursuivre l’application de toutes les mesures de son ressort nécessaires à la stratégie de sortie de crise, au redressement des économies de la CEMAC et au maintien de la stabilité monétaire et financière.
  2. La conférence des chefs d’Etat instruit la Commission bancaire de l’Afrique centrale (COBAC) de renforcer la supervision prudentielle des établissements de crédit afin de garantir la stabilité du système bancaire sous régional.
  3. La conférence des chefs d’Etat instruit la Commission de la CEMAC d’accélérer les réformes des politiques sectorielles communes et le renforcement de l’intégration sous régionale et d’améliorer sa gouvernance.
  4. La conférence des chefs d’Etat engage l’Union économique des Etats de l’Afrique centrale (UEAC) et l’UMAC à mettre en place un dispositif plus contraignant afin d’assurer le plein respect des critères de convergence et favoriser ainsi la coordination des politiques budgétaires et nationales et de la politique monétaire commune.
  5. S’agissant de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC), la conférence des chefs d’Etat décide de la réforme de cette institution et prend notamment les mesures suivantes :

-La séparation des fonctions de président de la BDEAC et le président du Conseil d’administration ;

-La création d’un comité de crédit et d’un crédit de rémunération.

Les chefs d’Etat ont renouvelé leur engagement la résolution des poches de conflits et d’insécurité dans l’ensemble de l’espace CEMAC. Aussi, se sont-ils résolus à intensifier les actions visant l’élimination de la menace terroriste dans le bassin du Lac-Tchad, tout en encourageant les initiatives engagées en Centrafrique pour rétablir durablement la paix et la stabilité dans ce pays.

 

Laisser un commentaire