Maroc : le roi Mohammed VI lance Génération Green 2020-2030

Maroc : le roi Mohammed VI lance Génération Green 2020-2030

Le souverain marocain, Mohamed VI, a lancé la nouvelle stratégie de développement du secteur agricole (Génération Green 2020-2030) et celle relative au développement du secteur des eaux et forêts (Forêts du Maroc), jeudi dernier.

La cérémonie s’est tenue dans la province de Chtouka Aït Baha en présence du prince héritier, Moulay Al Hassan et du ministre de l’agriculture, M. Akhannouch qui a présenté “Génération Green” et “Forêts du Maroc”. Il indique que ces nouvelles stratégies découlent des “hautes orientations royales initiées depuis octobre 2018”. Le ministre dans son allocution appelle à consolider les acquis dans le domaine agricole et à créer des stratégies génératrices d’emplois, en faveur des jeunes en milieu rural. Il rappelle au passage les réalisations agricoles accomplies dans le cadre du Plan Maroc Vert (PMV) avec la signature de 19 contrats, l’adoption de 12 plans agricoles régionaux, le lancement de 4 agences. Il fait noter aussi que 4 500 textes juridiques sont entrés en vigueur et 34 milliards mobilisés pour le secteur. Le PMV a multiplié les PIB agricole, les exportations, l’augmentation des investissements, du taux de couverture des besoins alimentaires. Plus durablement, PMV a favorisé l’économie des eaux d’irrigation, la résilience agricole et la baisse de l’agriculture pluviale. Plus de 2 millions d’agriculteurs en bénéficient.

Pour franchir un palier supplémentaire de développement, la nouvelle approche table sur 2 piliers: la valorisation de l’élément humain et la naissance d’une nouvelle génération de jeunes entrepreneurs. Les jeunes agriculteurs bénéficient désormais d’accompagnements pour renforcer leurs compétences et la dynamique de développement. C’est pourquoi le nouveau plan prévoit de consolider les filières agricoles pour atteindre 200 à 250 milliards de dirham d’ici 2030.

Du secteur eaux et forêts, le ministre souligne l’importance des espaces forestiers estimés à 9 millions d’hectares. “Mais la forêt marocaine est dans un état délabré. 17 000 hectares de terres se détériorent chaque année”, renseigne le ministre. La nouvelle politique des eaux et forêts envisage moderniser le secteur. Elle se veut être un modèle de gestion intégré, durable et générateur de richesses. Les forêts seront des espaces de développement associant les usagers. A l’horizon 2030, la politique présage repeupler 13 300 hectares de forêts, créer 27 500 postes, faire grimper la valeur marchande annuelle de l’écotourisme et des filières de production à 5 milliards. Le plan prévoit également l’aménagement des parcs nationaux, la mise en place de pôle de formation et de recherche, la modernisation des métiers forestiers, une réforme institutionnelle du secteur.

Les plans agricoles et eaux et forêts (lancés en 2020) durant leur déroulé feront l’objet de suivi et d’évaluation. Ils concernent 7 communes et touche directement plus de 700 personnes avec un investissement de 28 millions.

Le programme global (2017-2022) mobilise un budget de 490 millions et est financé par le gouvernement marocain et le Fonds vert pour le climat. Les provinces concernées sont entre autres: Essaouira, Taroudante, Sidi Ifni, etc. Le roi a lancé aussi les travaux du réseau d’irrigation à 40 KM d’Agadir, d’une superficie de 20 hectares. C’est le fruit d’un partenariat public-privé qui a pour but d’endiguer le problème d’eau potable de la région, préserver les activités agricoles, notamment les cultures à forte valeur ajoutée ainsi que de capitaliser l’expérience du secteur privé. La composante irrigation à un coût de 2,35 milliards et celle d’eau potable est de 2,6 milliards.

BACTAR Frank I.

Laisser un commentaire