Littérature : Mamgobaye Nanalmadine fait découvrir le peuple Ngam à travers un livre

0
7

Paru aux Editions l’Harmattan, le livre de 171 pages présente le peuple ngam, dans toute sa diversité : ses us et coutumes, ses légendes et ses mythes. Un peuple qui vit à cheval entre le Tchad et la République centrafricaine. Les Ngam se trouvent dans ces deux pays à cause des frontières nationales héritées de la colonisation.

Au Tchad, les gam sont repartis dans les provinces du Moyen-Chari et du Mandoul. Dans le Moyen-Chari, on les retrouve dans le département de la Grande Sido dans sept cantons (Maro, Moyo, Danamadji, Bendana, Mousro, Djéké-Djéké, Gourourou) et le département du Barh Sara dans le canton Moussafoyo et la sous-préfecture de Koumogo. Et dans la région du Mandoul, ils sont dans le département du Bahr Sara précisément dans deux cantons (Modélé et Békamba).

Du côté de la République Centrafricaine, les Ngam sont dans les régions de la Moyenne Sido, à Beyili, Bogyanga, Moudou, Kabo, Beyalngamba etc » sans commentaire ! L’origine des Ngam « Selon de nombreux écrits et témoignages oraux, les Ngam comme tant d’autres groupes Sara sont venus de la vallée du haut Nil (Egypte). Ils seraient passés par le Darfour (Soudan) et le Bahr El Gazal. Ils se seraient fixés longtemps dans la région du Batha actuel » écrit l’auteur.

Les Ngam et leurs fractions

L’auteur relève que selon les témoignages, les Ngam étaient pas divisés. Aujourd’hui avec l’éclatement, on distingue les Ngam Klé, Kohn Ngam, Ngam Guir-bor et les Tra. Le dialecte ngam appartient au grand groupe linguistique nilo-saharien et précisément au sous-groupe sara-bongo-baguirmien.

Dans cet ouvrage écrit dans un style simple mais truculent, Nanalmadine raconte l’histoire des Ngam, leur légendes et mythes, les pratiques sociales, les rites, l’organisation politico-administrative, l’organisation socio-économique les pratiques artistiques etc. Il raconte le mariage, les rites funéraires, l’hôte de la femme, les dommages et intérêts versés par la famille du mari aux parents de la femme décédée, l’écoute de la personne décédée, les cousinages à plaisanterie, le port du deuil, la circoncision, l’excision, la divination par les pierres, la médecine traditionnelle etc.

Mamgobaye Nanalmadine, plus connu sous le nom de Ramsès, est né en 1976 au Sud du Tchad. Il est titulaire d’un master en entrepreneuriat à l’Institut de la Francophonie pour l’entrepreneuriat (IFE) de l’Ile Maurice et d’un master en gestion des industries culturelles de l’Université internationale Senghor d’Alexendrie (Egypte). Il travaille actuellement à Unicef Tchad.

Sylvain Darma Gaourang

Leave a Reply