Le Président Deby en Egypte pour prendre part à un sommet sur la crise au Soudan

Le Président Deby en Egypte pour prendre part à un sommet sur la crise au Soudan

Le Président de la République Idriss Deby Itno se trouve au Caire en Égypte où il prendra part à un sommet consacré à l’évolution de la situation politique au Soudan qui s’ouvre demain.

L’annonce a été faite sur Twitter. La situation de crise que connait le Soudan inquiète N’Djamena et à juste titre au regard des relations qu’entretiennent ces deux pays amis et frontaliers.

Au Caire pour assister demain à un sommet consacré à l’évolution de la situation politique au Soudan. Je salue le leadership affirmé du Président en exercice de l’union africaine, le frère Abdel Fattah Al Sissi pour la quête des solutions africaines aux problèmes africains.— Idriss Deby Itno (@IdrissDebyI) 22 avril 2019

Président déchu Omar El Bechir était proche du locataire du Palais Rose avec qui ils entretenaient des relations amicales. Son départ pousse à des questionnements surtout que rien n’est encore clairement dessiné.

Lire aussi “Les frontières avec l’État du Tchad serviront pour l’échange de bénéfices, pas pour l’échange d’armes et d’opposants” Oumar El-Béchir

Pour rappel dans un passé proche le Tchad et le Soudan ont eu des relations tumultueuses, chaque partie soutenait une rébellion pour déstabiliser l’autre. Le bon sens et les intérêts ont eu raison de cette lutte par procuration, ce qui a conduit à des réconciliations qui perdurent. Les deux parties ont renoncé à se déstabiliser et ont opté pour la jonction des forces pour leurs intérêts communs. El Bechir et Deby sont devenus comme qui dirait “Cadre be Bab” (cadre et porte), la preuve Idriss Deby est le dernier Chef de l’État à l’avoir rencontré quelques jours avant sa chute.

Lire aussi “Le Tchad n’arrêtera pas le président soudanais Omar el-Béchir” Jean-Bernard Padaré

La révolution qui a balayé EL Bechir est arrivée avec ses équations à plusieurs inconnues. Impossible de voir clair pour l’heure vu que rien est acté ni gravé dans le ciment. Est-ce que ça sera l’armée qui va conduire la transition? Ou c’est la société civile comme le souhaite la rue? Rien n’est clair.

Lire aussi Soudan : Omar El-Béchir, de la résidence surveillée à la prison de Khartoum

Ce qui peut inquiéter N’Djamena c’est la composante hétéroclite de regroupement des acteurs politiques, civile et militaire qui a conduit à la destitution de El Bechir. On dit même qu’il y aurait parmi eux des groupes ou personnes qui vouent une inimitié pour notre Raïs. Avouez que dans ce capharnaüm il y a de quoi se faire du sang, vu que cette vague peut être contagieuse. Wait and see…

Laisser un commentaire