Journée de la CEMAC : « la stabilité et la paix doivent être au centre des préoccupations », Idriss Deby Itno

Journée de la CEMAC : « la stabilité et la paix doivent être au centre des préoccupations », Idriss Deby Itno

Dans sa déclaration qu’il a faite lors de la journée de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) célébrée ce 16 mars, en tant que président en exercice de cette institution, Idriss Deby Itno, a appelé les peuples de la zone CEMAC à œuvrer pour la stabilité et la paix.

« Si nous pouvons nous enorgueillir pour avoir relevé le défi de la libre circulation, il nous reste, cependant un autre défi de taille, qui s’impose à l’ensemble de la communauté. Je voudrais parler de la paix et de la stabilité dans notre sous-région », a déclaré Idriss Deby Itno, président en exercice de la CEMAC.

En effet, la sous-région est plongée depuis un certain temps dans l’insécurité causée le banditisme transfrontalier, le trafic illégal des armes, de la drogue. La situation sécuritaire dans le bassin du Lac-Tchad est préoccupante et met en péril la stabilité et la paix dans la sous-région. « Nous ne pouvons tirer le meilleur parti  de la libre circulation intégrale sans la paix dans nos pays et la sécurité à nos frontières », avertit Deby. Raison pour laquelle la restauration de la paix et de la sécurité sur l’ensemble de l’espace CEMAC  reste un impératif de premier ordre. 

Par la même occasion, le président de la CEMAC a interpellé les peuples du Cameroun et de la République centrafricaine à consolider les efforts entrepris çà et là pour rétablir la stabilité et la paix dans leurs pays. « Je voudrais me féliciter de  l’accord de paix signé le 6 février dernier à Bangui entre les frères centrafricains. J’exhorte les frères du Cameroun à la sagesse et au dépassement en vue de ramener la quiétude dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest  en proie à des violences sur des bases de revendication sectaire et identitaire », a lancé Deby.

La question de la lutte contre Boko Haram, le groupe terroriste qui sévit dans la région du lac Tchad n’a pas été perdu de vue. « Nous devons davantage  mutualiser nos forces, dans un fort élan de solidarité, en vue d’éradiquer  les terroristes de Boko Haram qui nous causent tant de préjudices », a invité Deby. 

Laisser un commentaire