JMA2019: le Tchad fait partie des huit pays qui souffrent le plus de la sous-alimentation dans le monde

JMA2019: le Tchad fait partie des huit pays qui souffrent le plus de la sous-alimentation dans le monde

Prélude à la commémoration de la JMA (Journée mondiale de l’Alimentation) qui se célèbre chaque 16 octobre, le ministère de la Production, de l’Irrigation et des Equipements agricoles, l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM), ont conjointement organisé un café de presse ce 14 octobre à la maison des médias.

L’objectif de cette rencontre est de pouvoir échangé avec la presse sur le thème de cette année qui est : « Agir pour l’avenir, une alimentation saine pour un monde faim zéro. »

La FAO renseigne que 800 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde et que le Tchad fait partie des huit pays les plus concernés par la sous-alimentation dans le monde. Car au Tchad, 14 régions sur 23 connaissent régulièrement des situations d’insécurité alimentaire difficiles.

Les trois acteurs de cette journée se sont accordés à dire que « nous assistons ces dernières années à la transformation profonde de notre alimentation et de nos habitudes alimentaires du fait de la mondialisation, de l’urbanisation et de la hausse des revenus. Atteindre l’objectif Faim Zéro, ce n’est pas juste donner à manger aux affamés, c’est aussi nourrir les personnes et prendre soin de la planète. » Ils ont ajouté que « cette année, la JMA à travers son thème, lance un appel à l’action à tous les secteurs afin que tous puissent bénéficier d’une nourriture saine et durable. En même temps, elle invite chacun d’entre nous à commencer à s’interroger sur ce que nous mangeons. »

Pour Madjidian Ruth Padja, ministre en charge de l’agriculture, « le pays doit accroître la disponibilité et l’accessibilité d’aliments variés et nutritifs pour une alimentation saine en fixant, en appliquant et en actualisant régulièrement les signes directeurs alimentaires et les normes nutritionnelles nationales. »

Selon Mohamadou Mansour N’Diaye, Représentant de la FAO au Tchad,  « l’organisation est prête à fournir aux pays, des informations témoignant des multiples aspects de la malnutrition et à collaborer avec eux pour la mise au point de réponses stratégiques, en offrant un appui technique aux mécanismes de gouvernance mondiale pour améliorer la nutrition et promouvoir une alimentation saine et durable auprès d’un public plus vaste, en particulier par des activités de développement des capacités et de sensibilisation. »

La représentante et Directrice pays du PAM, Sally Haydock, a pour sa part affirmé que « si nous souhaitons parvenir à un Tchad libéré de la faim et de toutes les formes de malnutrition d’ici 2030, il est impératif d’accélérer et d’intensifier les actions visant à renforcer la résilience et la capacité d’adaptation des systèmes alimentaires, ainsi que les moyens d’existence des populations face à la variabilité climatique. »

Notons que la Journée mondiale de l’alimentation 2019 marque en même temps le 74ème anniversaire de la fondation de l’organisation mondiale pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

MOÏSE Dabesne Léon, stagiaire

Laisser un commentaire