“Il apparaît clairement que la passation des marchés publics ne se fait pas par des professionnels”, a déclaré le DG de l’ARMP

L’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) a lancé, ce 10 février 2020, un atelier de formation continue en passation de marchés publics, visant à renforcer les capacités des agents publics.

Selon Fayçal Mahamat, directeur de la formation à l’ARMP, ils sont au total 120 participants à cet atelier. Ils sont constitués principalement des membres des commissions de passation des marchés publics, des agents des maîtres d’ouvrage, ceux de la direction générale de contrôle et des agents de l’ARMP.

Vue des agents à la formation de l’ARMP

À l’ouverture de cette session qui va durer 5 jours, Fayçal Mahamat a rappelé que “l’ARMP est le dernier organe qui a vu le jour avec la nouvelle réforme des marchés publics, qui a abouti au décret 2418 du 17 décembre 2015 portant code des marchés publics et d’autres textes d’applications.” Pour lui, c’est dans le souci de promouvoir la bonne gouvernance qu’est née cet organe, avec pour mission de réguler le système de passation des marchés publics et de former l’ensemble des acteurs intervenants dans la passation des marchés publics.

Fayçal a fait savoir aux participants que cette formation s’inscrit dans le cadre de la réussite des objectifs assignés à leurs fonctions. C’est pourquoi la Direction de la formation de l’ARMP joue un rôle prépondérant pour assurer le bon fonctionnement du système de passation des marchés publics afin de favoriser l’équilibre, l’autonomie et la bonne qualité des prestations.

Avant de clore son propos, Mahamat a souligné que l’objectif de cet atelier est de promouvoir et de renforcer la transparence en matière de gestion des derniers publics à travers le renforcement des capacités des acteurs clés dans la passation des marchés publics.

Présent à l’ouverture, le Directeur général de l’ARMP Ahmat Bichara Seid, a pour sa part, déclaré avant tout, que le combat pour la bonne gouvernance, l’équité, la transparence, et la probité est un combat certes difficile, mais surmontable auquel tous les acteurs concernés dans les passations des marchés doivent observer, cultiver et s’approprier.

Ensuite Ahmat Bichara Seid a laissé entendre que ” le financement des travaux publics de petite, moyenne ou grande envergure se réalisent par la mobilisation des fonds publics issus du trésor public ou de l’appui des partenaires techniques et financiers par truchement des prêts ou dons. C’est ainsi que, a-t-il ajouté, pour mettre en oeuvre les investissements publics, l’Etat doit disposer des agents publics bien formés en passation des marchés publics, pour que les ressources publiques profitent à tous les citoyens.

Ahmat Bichara a également fait savoir que depuis l’opérationnalisation de l’ARMP en juin 2018, beaucoup d’insuffisances ont été constatées. Ce sont entre autres, ” la mauvaise élaboration des dossiers d’appels d’offres, la mauvaise évaluation des offres ou des évaluations torpillées, des recours injustifiés aux marchés de gré à gré par certains maîtres d’ouvrage, lenteur dans le traitement des dossiers, corruption, concussion, etc.” Ce qui l’amènera à dire qu’ “il apparaît clairement que la passation des marchés publics ne se fait pas par des professionnels, des agents imbus de la matière.” Pour lui, toutes ces tares manifestes déprécient le métier et ne permettent pas aux PME/PMI et tout autre opérateur économique de travailler sereinement pour se créer une certaine richesse.

Le directeur a également promis qu’après cette formation sur la passation des marchés publics, d’autres formations s’en suivront tout au long de l’année.

Signalons que cette formation prendra fin ce 14 février 2020.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :