Enseignement supérieur : les établissements privés contrôlés par le gouvernement

EDUCATION. La troisième édition de l’inspection des établissements privés d’enseignements supérieurs a été lancé le 7 mai à N’Djamena. Objectif : remettre de l’ordre dans les établissements supérieurs privés.

« Sévère et plus décisive en termes de résultats à atteindre »… C’est le maître mot pour cette troisième édition de l’inspection des établissements privés d’enseignements supérieurs de N’Djamena. Cette opération menée par la Commission nationale pour l’enseignement supérieur privé du Tchad (CNESP) a été lancée par le gouvernement et durera deux semaines.

Pour ce faire, trois groupes d’inspecteurs vont d’abord vérifier la qualité des formations. Puis, l’adéquation entre les missions initiales des établissements et la réalité dans les salles de classe vont être passées au crible. Objectif : améliorer la qualité de l’enseignement et veiller à l’application des programmes scolaires.

“Anarchie totale”

Le ministère de l’Enseignement supérieur avait déjà lancé deux missions de contrôle à partir de 2011. Quel bilan pour la deuxième édition qui s’est effectuée de 2015 à 2016 ? « Les résultats des inspections ont relevé la prolifération des établissements privés d’enseignement supérieur (EPES), dont certaines fonctionnent dans l’anarchie totale au mépris de la règlementation nationale en vigueur », a expliqué Mahamat Borgo, le directeur général de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

Laisser un commentaire