Dialogue national : voici la répartition des participants faite par le CODNI

0
766
Des participants au Forum national inclusif de 2018. Photo d'illustration

Le dialogue national est annoncé pour le 20 août 2022. A un peu plus de deux semaines de cette date, le Comité d’organisation (CODNI) a défini les quotas de participation des forces vives de la nation.

Ils devraient, en principe, être 1412 à prendre part au dialogue national inclusif. En effet, selon la clé de répartition établie par le CODNI, c’est un chiffre de 1360 hormis la case réservée aux politico-militaires qui reste encore vide. Ceux-ci sont toujours en pré-dialogue avec le gouvernement à Doha au Qatar. Mais certaines sources indiquent que les 52 mouvements présents à Doha seront représentés, s’ils signent tous l’accord. Ce qui ferait en tout théoriquement 1412 participants.

Les partis politiques se taillent la grosse part avec 324 places. Il s’agit d’une place pour chaque parti légalement autorisé (soit 227), une place supplémentaire pour les partis ayant une représentation à l’une des trois dernières législatures (36 partis), 2 places supplémentaires par tranche de 8 députés pour les partis ayant obtenu un groupe parlementaire à l’une des trois dernières législatures (6 partis, ce qui représente 29 places pour le MPS et 15 pour d’autres) et un siège à chaque parti ayant obtenu au moins cinq conseillers municipaux lors des élections communales.

La société civile sera représentée par 287 personnes. Il s’agit des associations des droits de l’homme, les centrales syndicales, les ordres professionnels, les médias, les corporations d’artistes, d’artisans, de personnes handicapées, les ONGs, les organisations faitières des jeunes et des femmes, les autorités religieuses, les organisations de producteurs ruraux, le patronat, la chambre de commerce.

Les autorités traditionnelles auront 102 places. 32 sont réservées à la diaspora, soit deux places par pays ayant abrité les pré-dialogues à l’extérieur. Chaque province aura 10 représentant avec 10 supplémentaire pour N’Djamena. Aux hommes en treillis, il est accordé 70 places. Le gouvernement et les grandes institutions (présidence, primature, gouvernement, conseil national de transition, Cour suprême, Haute autorité des médias et de l’audiovisuel, Commission nationale des droits de l’homme, Conseil économique, social et culturel) ont 122 sièges.

En fin, 17 places sont accordées aux hautes personnalités et invités spéciaux (ancien président de la République, anciens Premiers ministres, cadres supérieurs tchadiens dans les institutions régionales, sous régionales et internationales), 100 places aux personnes ressources et 66 aux membres du CODNI, négociateurs de Doha et bureau du Comité technique spécial de négociation avec les politico-militaires.

Il faut noter que c’est au Premier ministre qu’il revient de valider ce document.

Laisser un commentaire