jeudi 29 septembre 2022

Campagne de sensibilisation sur la paix au Kanem : les villes de Djara et de Mondo constituent la dernière étape

Les villes de Djara et de Mondo sont les dernières étapes de la campagne de sensibilisation pour la paix initiée par les conseillers nationaux issus du Kanem.

Après le Centre, le Nord et l’Ouest de la province du Kanem, le jeudi 14 juillet, les trois conseillers nationaux de transition de la province ont fait l’Est Djara, située à 35km de Mao et le Sud Mondo à 70km. Ces villes marquent la fin de la tournée de ces conseillers qui sont en campagne de sensibilisation sur la paix.

En langues du terroir, le gorane et l’arabe, le conseiller national Mahamat Doki Warou, a appelé la population des ces villes à cultiver la paix. « J’ai été en rébellion pendant plus de 20 ans avant que je ne regagne le pays. Aujourd’hui je suis là pour la paix et rien que la paix », lance-t-il. La conseillère Koubra Choukou Soultani continue sur le même élan que le conseiller Doki en langue gorane. La conseillère Achta Mahamat Nour quant à elle, prend la question de paix en langue kanembou.

Le représentant du préfet de Djara et le préfet de Mondo ont chacun promis de perpétuer la campagne. « Nous n’allons nous s’arrêter ici, nous allons continuer jusqu’au fond des villages. Au Kanem en général et dans nos villes en particulier, le problème ne se pose pas. Soyez rassurés, nous ferons de notre mieux pour que les habitants dorment en paix », promettent-ils.

Pour le gouverneur de la province du Kanem, le général Ousmane Brahim Djouma, le vivre-ensemble n’est pas seulement pour le Conseil militaire de transition, organe qui dirige actuellement la transition, mais c’est pour la vie, pour l’éternité. « Le vivre ensemble contribue aussi au développement de la province. Il n’y a pas d’inconvénients d’ajouter le bon dans le bon. Je souhaite qu’il y a une deuxième visite pour sensibiliser », déclare-t-il.

Le gouverneur Ousmane Brahim Djouma demande aux conseillers nationaux de venir de temps en temps échanger avec les autorités et les habitants. « La cohabitation pacifique et s’accepter mutuellement, c’est ce qui nous manque au Tchad. Si chacun fait dans sa province comme les trois conseillers, je pense que le Tchad n’aura pas besoin d’intervention de qui que ce soit de l’extérieur », conclut-il.

Laisser un commentaire

économie

Lancement de l’atelier sur le renforcement des capacités en matière de budgétisation et budget sensible au genre

Le ministère de la Femme et l'UNFPA ont lancé ce jeudi 29 Septembre 2022 à la maison nationale de la femme, l’atelier de...

DNIS : réactions des citoyens suite à la proposition de l’organisation d’un référendum sur la forme de l’Etat

La commission ad-hoc propose un référendum pour l’adoption de la forme de l’Etat. Des Tchadiens estiment que cela est de la poudre aux yeux. Le...

Publicité

Publicité SoGe Sidebar

Sondage

Que voudriez-vous voir plus souvent sur Tchadinfos.com ?
950 votes · 951 réponses

Application Tchadinfos.com

Publicité