Bilan 2019 : rétrospectif sur la culture

CULTURE – L’année 2019 a été riche en activités culturelles. Tchadinfos.com vous retrace quelques unes de marquant.

L’année débute en douceur et en beauté avec l’élection de la plus belle tchadienne le 9 février. L’élection de Caltouma Sidingué, Miss Tchad n’a non seulement pas attisé la controverse des Tchadiens mais aussi a renoué le public avec ce spectacle qu’ils n’ont plus vécu depuis 2017. Nouveauté aussi, désormais les élections Miss Tchad seront organisées chaque année par le comité national Miss Tchad (Conamit), une association destinée à cet événement.

Quelques semaines plus tard, l’Institut français du Tchad accueille le vainqueur du prix Découvertes RFI 2018, Yvan Buravan dans le cadre de sa tournée africaine. Les Tchadiens sont allés découvrir ce jeune artiste rwandais de 24 ans sur scène le 28 février et sont sortis conquis par son talent et sa voix.

Dans la suite de bonne chose, le 8 mars la maison de disque Marge d’Action sort un album collectif sur lequel chaque membre du label nous invite dans son univers. Un album « carte de visite » de 16 titres et surtout le premier de l’année 2019. « Cet album est révolutionnaire dans la manière de le produire parce qu’on l’a fait sans que deux artistes soit dans le même studio ensemble pour faire un son. On a fait cet album en étant dans des villes différentes », expliquait le rappeur Anonyme.

Cette année est aussi celle où Melodji s’offre un concert à guichet fermé à l’Institut français du Tchad. Une occasion d’offrir en exclusivité le premier single de son prochain album, « Sugar banana ».

Côté cinéma, 2019 est marqué par le retour du comédien Haikal Zakaria alias Al Kanto avec le film « Double jeu ». L’avant-première de ce court-métrage le 13 avril a été une occasion de rouvrir les portes de la salle du cinéma Le Normandie. Une réouverture éphémère faute de soutien. La mode aussi fait sa rentrée en avril avec la 7e édition du festival international Kelou Fashion. Durant quatre jours, des stylistes africains étaient en communion avec leurs confrères tchadiens et leurs potentiels clients tchadiens. Le défilé haute couture du styliste Alphadi le 26 avril avait mis fin à ce festival.

Appolinaire Guidimbaye alias Doff, l’artiste plasticien a présenté sa nouvelle collection d’art dénommée « Intemporalité ». « Ma démarche artistique est basée sur le recyclage. Chaque œuvre est ainsi faite, ce qui donne un double impact », expliquait-il le jour du vernissage. Loin de cette démarche artistique écolo, Doff voulait montrer à travers ses œuvres, le monde tel qu’il est aujourd’hui.

Retour au pays aussi pour Mawndoé Celestin, avec le projet artistique pluriel « Au nom de l’art.» Au nom de l’art est un concept dont le but est de créer un lien qui n’est pas forcément évident entre la sculpture et la musique, les  deux amours de Mawndoé. Ainsi l’artiste souhaitait faire des résidences de création avec les jeunes, partager mon expérience et à la fin faire une petite exposition. Enfin sortir un album a indiqué Mawndoé lors d’une conférence presse en juin.

Le monde des artistes est frappé par la mort, le 17 juillet, Seid Caman, leader vocal du groupe Soubyanna music. Cidson se souviendra de lui comme un bosseur qui arrivait à gérer sa vie de musicien et celle d’enseignant. Les artistes se sont mobilisés pour lui offrir un adieu digne de sa carrière.

Le ministère de la Culture et la Fondation Grand Cœur ont signé une convention de partenariat le 16 août. Le premier fruit de cette convention est la réhabilitation de l’espace Talino Manu et de la salle de spectacle de la maison de la culture Baba Moustapha dont les travaux ont été lancé ce jour-même. Le projet a été financé par la fondation à hauteur d’environ 93 500 000 francs CFA.

Un titre atypique pour le quatrième album de Ngass David qui a été lancé le 14 septembre, « Les amerdeurs ». Il a expliqué d’ailleurs pourquoi ce titre. « Ce n’est pas une faute d’orthographe, ce n’est pas une erreur. C’est une révolution rhétorique. Un amerdeur est celui qui met une chose amère dans votre plat. Il détruit votre plat. Un amerdeur est celui qui rend amer la sauce des gens. »

Du cinéma en cette fin d’année avec le festival tchadien de court-métrage (Fetcoum) qui a ouvert le 4 octobre. La 2 e édition du festival a vu la présence de grand nom du cinéma africain dont Cheick Oumar Sissoko et Joel Karekezi, le gagnant de l’Etalon d’Or de Yennega 2018. Le prix du meilleur court-métrage international a été attribué au film “Timis” de Cherif Abdou Gning et Lucas Del Fresna du Senégal.

2019 était aussi l’année des premières fois avec la toute première édition du Salon international de l’artisanat du Tchad. Pour les organisateurs, le Siat est une tribune pour les artisans qui doivent en profiter pour faire valoir leurs produits et inciter les Tchadiens à la consommation locale des produits artisanaux. Et surtout tisser des relations en vue de l’exportation de leurs produits.

Le mois de novembre, mois du livre et de la lecture est devenu une tradition. Cette fois, il a été marqué par le décès du lauréat du grand prix de la littérature du Tchad, le Pr Zakaria Fadoul Khidir quelques jours avant la remise du prix.

Novembre c’est aussi du slam à N’Djamena avec le festival international qu’on ne présente plus. N’Djam s’enflamme en slam revient après une année d’absence du à la coupe d’Afrique de slam poésie en 2018. Pour sa 5e édition, le festival met à l’honneur les slameuses à travers le thème «  Eve et Slam – Slam au féminin.»

Le mois finit avec une triste nouvelle, celle du décès du styliste J-Rabel, promoteur du festival international Kelou  Fashion.

Le dernier mois de 2019, s’annonce en douceur avec des festivals qui s’enchaîne.

Première fois au Tchad pour le festival solidaire Imag’In qui s’est déroulé du 9 au 15 décembre à N’Djamena. Ce festival existe depuis plus de 10 ans et se déroulait à Tours en France. Première délocalisation d’Imag’In. Puis la 9 e édition du Saamha N’Djamena Fashion Week pointe le bout de son nez. Cette année, le naturel est mot d’ordre.

Enfin, toutes les attentions sont tournées vers le plus grand festival du Tchad. Le festival Dary qui a débuté le 21 décembre. Depuis cette date, les Tchadiens se donnent rendez-vous à la place de la nation pour se découvrir.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :