Afrique : « Il est temps pour les dirigeants et les amis de l’Afrique d’investir dans la jeunesse », Francine Muyumba

Chaque 1er novembre, l’Afrique célèbre la Journée africaine de la jeunesse. L’édition 2018 est placée sous le thème : « Faire entendre la voix des jeunes contre la corruption en Afrique ». Francine Muyumba, présidente l’Union Panafricaine de la Jeunesse(UPJ) a saisi l’occasion pour plaider en faveur des jeunes et interpeller les dirigeants.

La population africaine concentre près de 400 millions de jeunes. Elle a donc indiscutablement la plus jeune population au monde. Malheureusement cette frange de la population sombre dans le chômage. Seulement 1/6 a axé à l’emploi salarié. Cette situation inquiétante amène la présidente de l’Union Panafricaine de la Jeunesse à faire un plaidoyer pour la jeunesse africaine à l’occasion de la journée Africaine de la Jeunesse.

« Il est temps pour les dirigeants et les amis de l’Afrique d’investir dans la jeunesse, car c’est l’avenir de tout un continent qui est hypothéqué », déclare Francine Muyumba. Le défi du développement de la jeunesse africaine est grand et mérite l’attention des dirigeants. Le choix du thème de cette édition n’est pas fortuit. « Lorsque la corruption se produit, elle affecte de  nombreux aspects de la vie quotidienne des personnes… Quand les jeunes tolèrent la corruption, l’avenir du continent est affaibli, car la corruption détruit la confiance dans nos institutions », affirme la présidente de l’Union Panafricaine de la Jeunesse.

Pour endiguer cette mauvaise pratique, Francine Muyumba appelle à un engagement collectif de la part des Africains. La jeunesse africaine est l’espoir du contiennent et peut jouer un rôle clé dans cette lutte contre la corruption mais « nous appelons également les dirigeants à servir d’exemple de la tolérance zéro face à la corruption pour encourager les jeunes à s’opposer à cette pratique. Nos institutions ont la responsabilité de renforcer le leadership des jeunes sur l’ensemble du contient au lieu de les affaiblir, car l’Afrique a besoin d’une jeunesse engagée, compétitive, sans chercher à faire plaisir à nos dirigeants », conclut la présidente de l’Union Panafricaine de la Jeunesse.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :