Ce projet porté par l’Agence française de Développement (AFD) et le Fonds national d’appui à la formation professionnelle (FONAP) vise à favoriser l’employabilité des jeunes.

Les 48 apprenants de la troisième cohorte en mécanique-automobile et construction métallique de la composante 2 ont reçu leurs certificats de réussite et leurs kits de type dual à l’occasion d’une cérémonie organisée à Abéché, chef-lieu de la province du Ouaddaï. Après les allocutions du proviseur du Lycée-Collège d’Enseignement Technique et Industriel d’Abéché et du président de la Maison des Métiers d’Abéché, le Secrétaire général de la province du Ouaddaï, Abakar Hissein Didigui, a procédé à la remise des diplômes tant attendus.

Cette cérémonie a constitué une occasion pour effectuer un bilan du chemin parcouru depuis la création du projet en 2017. Bab al Amal est le fruit d’une coopération entre l’Agence française de développement (AFD) et du Fonds national d’appui à la formation professionnelle (FONAP). Il bénéficie du financement de l’Union européenne à hauteur de 6,7 milliards de francs CFA (10,3 millions euros). En adéquation avec le Programme national de Développement du gouvernement, ce programme vise à offrir de nouvelles opportunités professionnelles aux jeunes Tchadiens d’Abéché, de Moundou, de Sarh, de Bol, de Bongor et de N’Djamena, en favorisant leur montée en compétence. L’offre de formation, qui est la composante centrale de projet, est adaptée aux besoins du marché du travail local. Elle est de type dual, avec une répartition du temps entre l’entreprise et le centre de formation de manière à faciliter l’insertion professionnelle des apprenants.  Bab al Amal encourage également la participation des mères célibataires, des femmes au foyer et des jeunes adultes à ses programmes, afin de favoriser leur autonomisation sociale et économique.

Lors de la cérémonie de remise des diplômes, le président de la Maison des Métiers d’Abéché, Ahmat Terap, a donc souligné le rôle essentiel des formations reçues dans le développement des compétences des jeunes, affirmant que l’investissement dans le capital humain est essentiel pour le progrès économique et social. Le coordinateur du projet Bab al Amal, Serge Allaou Laounkounda en a également profité pour effectuer un rapide bilan, alors que le projet touche à sa fin. Il a appelé à pérenniser les acquis de Bab al Amal qui a permis d’accompagner 5 000 Tchadiens vers l’emploi.