Le parti Tchad Uni, dans un communiqué de presse, dit prendre connaissance avec stupéfaction et désolation la publication par les autorités de transition des ordonnances relatives aux réunions publiques et manifestations sur la voie publique, appelant les autorités à revoir leurs décisions.

Après avoir pris connaissance avec stupéfaction et désolation la publication par les autorités de transition des ordonnances relatives aux réunions publiques et manifestations sur la voie publique, le parti Tchad Uni estime que ces documents constituent des actes graves mettant en cause les acquis démocratiques et des moyens de restriction des libertés publiques des citoyens.

Par la voix de son président, Mahamat Zène Chérif, le parti Tchad Uni rappelle aux autorités de transition qu’elles ne sont pas habilitées à porter atteinte aux valeurs républicaines, démocratiques et aux libertés fondamentales des citoyens reconnues universellement. “Seule, la légitimité d’un pouvoir issu d’un processus démocratique permet d’adopter des dispositions légales en conformité avec les aspirations populaires des Tchadiens”, fait savoir le signataire du communiqué, Mahamat Zène Chérif.

Pour lui, la restriction des droits fondamentaux et constitutionnels dans l’objectif d’empêcher les partis politiques et les organisations de la société civile d’exercer leurs activités est une atteinte grave à la légalité républicaine et à l’exercice de la démocratie.

Le parti Tchad Uni, tout en appelant les autorités revoir leurs décisions, lance un appel à toutes les forces vives de la nation à s’opposer et dénoncer ces ordonnances qu’il qualifie de “liberticide”.