FACTCHECKING – En juin 2022, une affaire de détournement d’une grosse somme à la Société des hydrocarbures du Tchad (SHT) a alimenté les débats. Le gouvernement a évoqué une somme de 13 milliards alors que certaines allégations vont jusqu’à 40 milliards dans ce qui est devenu la SHTgate. En ce début du mois de janvier 2023, des internautes propagent des informations faisant état d’un nouveau détournement. Tchadinfos a investigué.

Depuis quelques jours, de nouvelles circulent sur un montant de 10 à 100 milliards qui auraient encore disparu des caisses de cette société. Le directeur général adjoint Zakaria Saboune Abakar Sawa et le directeur des affaires financières Mahamat Héri Tyera auraient été suspendus, mais pas arrêtés, selon les nouvelles qui circulent.

Après vérification, Tchadinfos est en mesure d’affirmer qu’il n’y a pas de détournement. Nos sources à la SHT, au ministère des Finances et à la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) sont unanimes. Après le premier scandale, suivant les recommandations du ministère des Finances, la SHT a désormais un compte au niveau de la BEAC qui, elle aussi, en a un compte au niveau du trésor. Avec ce dispositif, assurent nos sources, il est quasiment impossible qu’une telle somme puisse disparaitre sans laisser de traces. Ce qui rassure les partenaires de la SHT, mais aussi ceux du Tchad notamment le Fonds monétaire international (FMI).

Le DGA de la SHT est certes suspendu. Toutefois, cette mesure ne serait pas liée à un quelconque détournement, mais plutôt à de l’insubordination, du trafic d’influence et des nominations qui ne respectent pas les normes.