Prélude à la rentrée scolaire qui se profile à l’horizon, l’Association d’aide aux enfants en détresse (ADED) vole aux secours des familles demunies et les enfants de rue de Moundou. L’association s’est engagée à inscrire 60 enfants des femmes blanchisseuses à l’école. 

Pour la présidente de l’ADED, Taryam Alladoumadji, si les enfants descendent dans les rues pour chercher de quoi pour leur survie, ce n’est pas de leur faute. Car, soutient-elle, cela est dû à la situation de leurs parents. Au vu de cette vulnérabilité, certains parents n’arrivent pas à inscrire leurs progénitures à l’école. Fort de ce constat, l’équipe de l’ADED s’engage à venir en aide aux femmes blanchisseuses. “Notre organisation s’organise à inscrire pour cette année, 60 enfants de ces femmes”, a déclaré Mme Taryam Alladoumadji. Tant que l’association existe, ces enfants seront suivis durant leurs cursus scolaire, promet-elle.

L’association suggère également que chaque ménage intègre un enfant de rue dans sa famille. “Pour l’amour et la crainte de Dieu, je demande à tout le monde de réserver un traitement d’humanisme à l’égard des enfants démunis. Et je demande au gouvernement d’appliquer les lois au profit des enfants contre leur exploitation à des fins mercantiles, car la place de l’enfant est dans la famille et à l’école. Le devenir de nos enfants dépend de notre engagement à œuvrer pour leur succès“, lance-t-elle.