Une délégation de dirigeants africains a rencontré le président Vladimir Poutine samedi, après des entretiens similaires avec le président ukrainien Volodymyr Zelenksy vendredi. La délégation a déclaré au président russe qu’il était temps de négocier la fin des combats qui, selon eux, nuisent au monde entier.

La délégation, qui comprend les présidents du Sénégal, de l’Afrique du Sud, de la Zambie et des Comores, ainsi que le premier ministre égyptien, s’est rendue vendredi à Kiev, où elle a rencontré le président ukrainien.

Le samedi, c’est autour du presse russe de rencontrer la délégation africaine. Lors d’une conférence de presse commune à Saint-Pétersbourg, le président sud-africain Cyril Ramaphosa, qui dirige la délégation, a déclaré : “Nous sommes ici pour faire passer un message très clair, à savoir que nous aimerions que cette guerre prenne fin”.

Il a déclaré que “cette guerre doit être réglée”. M. Ramaphosa a appelé à des négociations entre la Russie et l’Ukraine pour mettre fin au conflit en raison de ses conséquences mondiales, y compris pour les pays africains. Le moment est venu pour les deux parties de négocier pour mettre fin à la guerre”, a ajouté Ramaphosa.

Le dirigeant sud-africain a également appelé à “l’ouverture du mouvement des céréales à travers la mer Noire” au marché international. Les céréales et les produits de base doivent être ouverts aux marchés.

La délégation africaine a demandé que tous les enfants pris dans le conflit soient renvoyés dans leur pays d’origine, mais M. Poutine a déclaré que la Russie n’empêchait aucun enfant ukrainien de rentrer chez lui.

“Nous les avons sortis d’une zone de conflit, ce qui leur a sauvé la vie”, a-t-il déclaré.

Des pourparlers entre la Russie et l’Ukraine sont-ils possibles ?

“Nous sommes venus vous écouter et, à travers vous, entendre la voix du peuple russe”, a déclaré le président des Comores, Azali Assoumani, qui dirige actuellement l’Union africaine.

“Nous voulions vous encourager à entamer des négociations avec l’Ukraine”, a-t-il ajouté.

Pour sa part, le président Vladimir Poutine a déclaré que la Russie était prête à examiner toute proposition africaine de règlement avec l’Ukraine, mais que c’était Kiev qui refusait les pourparlers.

Poutine a déclaré que la Russie était “ouverte à un dialogue constructif avec quiconque souhaite établir la paix sur la base des principes d’équité et de reconnaissance des intérêts légitimes des parties”.

Toutefois, la Russie a déclaré à plusieurs reprises que tout règlement devait tenir compte des “nouvelles réalités”, c’est-à-dire de son annexion déclarée de cinq provinces ukrainiennes, dont quatre qu’elle ne contrôle que partiellement.

Les dirigeants africains ont laissé entendre qu’après cette mission, ils poursuivraient leurs efforts de médiation en cherchant à obtenir un accord entre les parties sur une série de “mesures de confiance”, alors même que l’Ukraine a lancé la semaine dernière une contre-offensive pour repousser les forces russes du territoire ukrainien qu’elles occupent.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré, après avoir rencontré les dirigeants à Kiev vendredi, que des pourparlers de paix avec la Russie ne seraient possibles qu’une fois que Moscou aurait retiré ses forces du territoire ukrainien.