Le nombre de migrants morts ou portés disparus en tentant de traverser la Méditerranée cet été était trois fois supérieur à celui enregistré à la même période l’année dernière, a annoncé le 29 septembre dernier l’ONU.

Entre juin et août, au moins 990 personnes sont mortes ou ont disparu sur la dangereuse route de la Méditerranée centrale entre l’Afrique du Nord et l’Europe, contre 334 décès au cours des mêmes mois en 2022, a déclaré l’UNICEF, l’agence des Nations Unies pour l’enfance.

L’agence n’a pas donné de chiffre distinct sur les enfants morts pendant les traversées, mais a déclaré que 11 600 mineurs non accompagnés figuraient parmi les migrants qui tentaient de rejoindre l’Italie sur des bateaux de fortune entre janvier et septembre, soit une hausse de 60 % par rapport aux neuf premiers mois de 2022.

“La Méditerranée est devenue un cimetière pour les enfants et leur avenir”, a déclaré la coordinatrice de l’UNICEF, Regina De Dominicis.

“Le nombre tragique d’enfants qui meurent en quête d’asile et de sécurité en Europe est le résultat de choix politiques et d’un système migratoire défectueux”, a-t-elle déclaré.

Selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, 2 500 migrants sont morts ou ont disparu en Méditerranée entre le 1er janvier et le 24 septembre, soit 50 pour cent de plus qu’à la même période l’année dernière.