Médias : le nombre des journalistes tués a baissé en 2019

Médias : le nombre des journalistes tués a baissé en 2019

Bien que le nombre de journalistes tués dans le monde ait été presque divisé par deux en 2019, les professionnels des médias demeurent confrontés à des risques graves, l’impunité qui entoure les crimes contre eux étant presque totale, selon les chiffres de l’UNESCO.

L’Observatoire de l’UNESCO sur les journalistes assassinés a enregistré 56 décès de mort violente en 2019, contre 99 en 2018 – le bilan le plus faible depuis plus de dix ans. Au total, l’UNESCO a enregistré 894 assassinats de journalistes au cours de la décennie 2010-2019, soit une moyenne de près de 90 par an.

Des journalistes ont été assassinés sur tous les continents, l’Amérique latine et les Caraïbes enregistrant 22 meurtres, soit le nombre le plus élevé, suivies de l’Asie et du Pacifique avec 15 assassinats et la région des États arabes avec 10 meurtres.

La majorité des journalistes ont été tués en dehors des zones de conflit

Les chiffres de l’UNESCO montrent que les journalistes ne sont pas seulement exposés à des risques extrêmes lorsqu’ils couvrent des guerres mais qu’ils sont également visés lorsqu’ils font des reportages sur la politique locale, la corruption et la criminalité, souvent dans leur ville même de résidence.

En 2019, six cas sur dix (61%) concernent des pays qui ne connaissent pas de conflit. C’est là un pic notable d’une tendance plus large de ces dernières années, et une inversion complète de la situation de 2014, quand ce chiffre était d’un tiers. À l’instar des années précédentes, plus de 90% des assassinats enregistrés en 2019 concernaient des journalistes locaux.

Les atteintes à la liberté de la presse évoluent

Un rapport de l’UNESCO publié en novembre dernier en anglais intitulé «Intensified attacks, new defences: developments in the fight to protect journalists and end impunity » – («Intensification des attaques, nouvelles défenses : derniers développements dans le combat pour protéger les journalistes et mettre un terme à l’impunité ») montre que les journalistes sont de plus en plus souvent victimes d’agressions verbales et physiques du fait de leur travail. Les dernières années ont été marquées par une augmentation des emprisonnements, des enlèvements et des violences physiques, dans un contexte où se généralise une rhétorique hostile aux médias et aux journalistes. Les femmes journalistes, en particulier, sont souvent la cible de harcèlement en ligne et de violence sexiste.

De manière générale, les menaces contre les journalistes ont pour objectif de faire taire les voix critiques et de restreindre l’accès du public à l’information.

Source : Unesco

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :