Gagal Madji, un village situé à plus de 30 Km de Gagal, chef-lieu du département de Nanaye, province du Mayo-Kebbi ouest, est confronté à un conflit lié à l’octroi de terres cultivables qui oppose les habitants dudit village et un éleveur.

En ce début de saison des pluies où les paysans, chacun dans son coin cherche à aménager sa parcelle, les habitants de Gagal Madji, une communauté qui a quitté le département de Mont-illi pour s’installer dans ce village en 2012 vit une tension. Le chef de village de Gagal Madji, Balandi Kamsala explique. ” Dès que nous sommes arrivés à Gagal Madji, le chef de canton de Gagal, Tao Gaïna est venu nous délimiter une portion de parcelle et nous a demandé de nous y installer. On s’est installé alors qu’avant que nous n’arrivions, il a octroyé une parcelle sur plus de 5Km à un éleveur, le nommé Alhadji Mahamat Issa et l’espace octroyé à cet éleveur est juste derrière nos cases. A chaque fois ses bœufs détruisent nos champs”.

Le chef de canton de Gagal, Tao Gaïna que nous avons rencontré fait savoir que l’espace qui fait objet de différend aujourd’hui est dans le ressort territorial du village Maïkiro donc les habitants ne pouvaient pas en faire un problème. Il poursuit que l’éleveur bénéficiaire de l’espace s’est installé dans ce lieu depuis 2006 avec ses animaux donc la communauté Kera venu du Mont -illi en 2012 ne peut pas se donner le plaisir d’être propriétaire de l’espace et de plus l’espace occupé par l’éleveur est dans le village Maïkiro sur une distance de plus de 5km. Tao Gaïna estime que les paysans du village Gagal ont voulu exploiter l’espace parce que les terres sont bien fertiles à cause de la bouse des bœufs, c’est pourquoi ils ont défriché les champs octroyé à l’éleveur pour en exploiter.

Le chef de canton de Gagal, Tao Gaïna promet de faire la lumière sur l’affaire et a demandé à la population de Gagal Madji de cultiver l’espace déjà défriché et un compromis sera trouvé à la récolte. Une nouvelle qui n’est pas bien accueillie par les paysans du village Gagal Madji.