Depuis un certain temps, la ville de Koumra fait face à la flambée des prix des denrées alimentaires. Cette flambée de prix a atteint les fournitures scolaires notamment les stylos à bille, cahiers et feuilles au début de cette semaine.

Depuis lundi, un stylo à bille est vendu à 200f au lieu de 100f, un cahier de 100 pages à 400f au lieu de 250f, une rame de feuilles désormais à 5000 FCFA à Koumra.

Des élèves sans tuteur et ceux venant des villages environnants ne savent à quel saint se vouer. Dans les salles de classe, les cris d’alarme “SOS bic” n’obtiennent plus de réponses, autrement dit, l’emprunt de bic n’existe plus entre les élèves. Dans les cybercafés, la photocopie de document d’une page se fait dorénavant à 50fcfa au lieu de 25f.

Certains élèves et étudiants des écoles de la place rencontrés se plaignent. “Aujourd’hui en classe, un grand nombre d’élèves étaient dépourvus de bic. Certains ont écrit avec le bic rouge, d’autres ont utilisé le crayon. C’est vraiment décevant”, s’exclame, Detau Brahim, élève en classe de terminale.

Allarene Micheline, une collégienne , dit ne pas prendre note faute de stylo. << je viens de Matekaga à 25 km de Koumra. Je suis sans tuteur et depuis mardi mon bic bleu est terminé et je n’arrive pas à acheter un autre. Aujourd’hui par exemple je n’ai pas écrit durant 5h de cours>>.

Même sonnette d’alarme pour Djiraingué Nicolas, étudiant en deuxième année à l’école de santé qui n’a pas pu acheter une rame de feuilles à cause du prix.

Du côté des commerçants, ils justifient cette augmentation des prix par la surtaxation douanière et la guerre en Ukraine. Il faut noter que la plupart d’élèves rencontrés ont donné un délai aux autorités de la province de pallier ce problème dans un bref délai, au cas échéant, ils seront obligés de cesser d’aller à l’école faute de stylos à bille et cahiers.

Alex Loubadjo Djassibaye, correspondant à Koumra