Le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a exprimé mardi sa “profonde préoccupation” face aux violences meurtrières survenues au Kenya à la suite d’une manifestation dans la capitale de ce pays, Nairobi.

Au moins quatre manifestants ont été abattus mardi par la police anti-émeute devant le siège du Parlement lors d’une manifestation contre un projet de hausse des impôts.

Dans un communiqué, M. Faki a dit suivre de près l’explosion de violence consécutive aux manifestations publiques au Kenya, qui a entraîné des morts et des dégâts matériels, appelant toutes les parties prenantes à faire preuve de calme et à s’abstenir de toute nouvelle violence.

Il a également exhorté les parties prenantes nationales à s’engager dans un dialogue constructif afin de résoudre les problèmes qui ont conduit aux manifestations, dans l’intérêt du Kenya.

Les manifestants sont descendus dans la rue pour s’opposer à un projet de loi de finances qui vise à augmenter les taxes sur un large éventail de produits, ce qui, selon eux, aggravera les difficultés économiques rencontrées par les citoyens.

La tension est montée d’un cran lorsque les manifestants ont franchi les barrages de police et pris d’assaut le siège du Parlement, selon la police.