Après évaluation, les paramédicaux de l’hôpital de district de Moïssala décident de proroger de trois jours leur préavis de grève, à partir du 30 août.

Ils revendiquent leur intégration à la Fonction publique. Malgré qu’ils disent constater que les ‘’négociations n’avancent pas’’, ils donnent encore trois jours aux autorités.

Lire aussi : Les paramédicaux de l’hôpital de district de Moïssala donnent une semaine au gouvernement pour les intégrer à la Fonction publique

Passé ce délai, s’ils ne sont pas satisfaits, les paramédicaux de l’hôpital de district de Moïssala réitèrent leur menace de cesser toutes les activités. ‘’Nous mettons en garde toutes les personnes qui tenteront de nous dissuader ou qui essaieront de nous braver lors de notre grève’’, avertissent-ils.

Dr Garssouk Kodi, médecin chef de district de Moïssala, province du Mandoul, reconnait le droit de ces agents à gréver, ainsi que les conditions difficiles dans lesquelles ils travaillent. Il confie que leur requête a été envoyée à sa hiérarchie et leur demande d’être patients.

Pour rappel, le 19 août, le gouvernement a intégré un millier de diplômés dont plus de 400 médecins. C’est une deuxième vague après celle du 30 juin. Le président a promis de faire intégrer 5000 diplômés.