Le ministère de la Santé publique et de la Prévention a ouvert un atelier de formation des leaders religieux et du personnel du programme national de prévention et des prises en charge intégrée de la malnutrition aiguë (PNP_PCIMA) sur les bonnes pratiques d’alimentation du nourrisson et du jeune enfant (ANJE). Elle se déroule du 4 au 6 janvier à la maison nationale de la femme à N’Djamena.

L’objectif global de cet atelier est de renforcer les capacités des leaders religieux et des personnels du PNP_PCIMA sur l’importance de l’allaitement maternel du nourrisson (de 0 à 12 mois) et du jeune enfant (de 12 à 24 mois). Il concerne également les bonnes pratiques de l’alimentation de nourrisson et jeune enfant.

Selon le coordinateur du programme, Djimadoum Kimassoum, les indicateurs de la nutrition et la santé de l’enfant restent toujours précaires au Tchad. D’où l’importance de cette formation. Ismaël Bahar Bachar, secrétaire général du ministère de la Santé publique et de la Prévention, explique que l’enfant qui a subi l’allaitement exclusif sera moins malade et aura un bonne croissance. Pour lui, le lait maternel est une alimentation et le premier vaccin pour le nourisson. Il indique que l’alimentation et la nutrition sont les premiers départs de l’enfant, s’il rate cette opportunité, il s’en remettra presque pas ou difficilement. Raison pour laquelle il faut une bonne alimentation équilibrée pour l’enfant.