A l’issue de la plénière de ce vendredi 23 décembre, les conseillers nationaux, après examen, ont adopté le projet de loi portant ratification de l’accord de prêt relatif au financement de la résilience économique des entreprises vulnérables (SERVE PROMIFIT).

Le projet de loi portant ratification de l’accord de prêt relatif au financement de la résilience économique des entreprises vulnérables (SERVE PROMIFIT), selon la secrétaire d’Etat à l’Economique, Madeleine Alingué, vise à renforcer la résilience des micros, petites, moyennes entreprises (MPME). « Ce projet a été initié pour remédier aux difficultés dues à la pandémie du Covid-19, qui ont affectées l’économie en général et le fonctionnement des entreprises en particulier », informe Madeleine Alingué, les conseillers nationaux.

L’accord, selon la secrétaire d’Etat à l’Economique, Madeleine Alingué, révèle que le prêt consenti pour le financement est d’un montant de 20 000 000 de dollars soit environ 12 373 278 000 FCFA dont 10 millions de dollars (soit environ 6 186 639 000 FCFA) sur les ressources de la Banque Islamique de Développement (BID) et 10 millions de dollars sur les ressources du Fonds de Solidarité Islamique pour le Développement (FSID). « En ce qui concerne les modalités de paiement et de remboursement, le paiement du principal du prêt de la BID sera fait en 25 ans et en 36 versements consécutifs sous réserves d’une période de grâce de 7 ans », indique Madeleine Alingué. Et de poursuivre que pour le paiement du principal du prêt du FSID, il s’effectuera en 10 ans et 14 versements semestriels consécutifs sous réserves d’une période de grâce de 3 ans.  

Selon les documents de base, la ratification de cet accord permettra au gouvernement de soutenir les entreprises vulnérables dans les 23 provinces du pays afin de leur permettre de décoller économiquement. Un accent sera mis sur le soutien aux femmes et aux jeunes ainsi qu’à tous ceux qui travaillent dans les chaînes de valeurs.

Pour mémoire, l’accord de prêt relatif au financement du projet de résilience économique des entreprises vulnérables a été signé le 25 septembre 2022 entre la Banque Islamique de Développement (BID) et le gouvernement de la République du Tchad. L’accord comprend 5 composantes qui sont la facilité de financement pour l’élargissement de l’accès financier, le renforcement de capacités et de suivi de gouvernance des institutions, assistance technique aux bénéficiaires ciblés, appui à l’unité de gestion du projet et à l’agence d’exécution et enfin l’audit financier.

Il convient de souligner que cette convention qui porte sur le projet de loi adopté par les conseillers nationaux a obtenu l’avis favorable de la Commission Nationale d’Analyse et de la Dette (CONAD).