Publié le 18-05-2021

Le Groupe de réflexion et d’appui à la réconciliation et la paix au Tchad (GRAPAT), a lancé ses activités, ce 18 mai, lors d’une conférence de presse. Il compte tenir le pari de la réconciliation du peuple tchadien.  

La mort du président Idriss Deby Itno a conduit à la mise en place d’un Conseil militaire de transition. Cet organe est dénoncé par des partis politiques et organisations de la société civile qui exigent le retour à l’ordre constitutionnel. Des manifestations organisées par ces entités ont été violemment réprimées. C’est un dialogue de sourd et la situation socio-politique au pays est précaire. Dès lors, plusieurs organisations de la société civile et partis politiques appellent régulièrement à la tenue d’un dialogue national inclusif à l’issue duquel un consensus serait trouvé. Le 2 mai courant, le Premier ministre de transition, Pahimi Padacké Albert, a nommé dans son gouvernement, un ministre de la réconciliation pour se charger de la question.

En marge de ce processus de réconciliation, des forces vives du pays se sont réunies pour créer un cadre afin d’apporter leur pierre à l’édifice. Il s’agit du Groupe de réflexion et d’appui à a réconciliation et la paix au Tchad (GRAPAT). Le Groupe se fixe plusieurs objectifs :

  • Travailler pour une réconciliation du cœur du peuple tchadien en vue d’une paix durable ;
  • Appuyer les organes de transition dans leurs missions régaliennes ;
  • Contribuer à l’apaisement du climat politique dans le pays à travers les canaux nationaux et internationaux de la communication ;
  • Contribuer à la préparation du dialogue national inclusif ;
  • Contribuer à l’aboutissement d’une transition politique apaisée. 

Le cas des ‘’rebelles’’ 

Le cas des groupes armés sera pris en considération dans le plan du GRAPAT, a indiqué son chargé des questions politiques, Dr Ali Abdel-Rhamane Haggar. ‘’Nous ferons en sorte que les plus hautes autorités comprennent qu’il faut dialoguer avec les rebelles aussi. À partir du moment où ils sont des tchadiens, ils ont leur place ici’’, affirme-t-il.

Dans le même cadre, le GRAPAT compte aller dans les provinces du pays sensibiliser la population sur les valeurs de la cohabitation pacifique.