Afin d’entreprendre une vaste opération de reconstruction et de réhabilitation de son réseau routier pour faciliter le trafic interne, les conseillers nationaux ont adopté le projet de loi portant ratification de l’accord de financement du projet de modernisation du réseau routier. Un accord de prêt à la Banque européenne d’investissement d’un montant de 141 200 000 Euros.

Cet accord de prêt d’un montant de 141 200 000 euros à la Banque européenne d’investissement (BEI) vise à financer la reconstruction et la réfection du corridor N’Djamena – Moundou – frontière avec le Cameroun, sur une longueur de 229 km. “Les opérations de reconstruction et de réfection visent à rehausser le niveau fonctionnel du corridor concerné, à lui permettre de mieux résister aux effets du changement climatique, à renforcer la sécurité routière, à améliorer l’accès du Tchad au port maritime de Douala, en somme, à moderniser les installations routières du corridor Tchad – Cameroun. La Banque européenne d’investissement a accepté de consentir au au gouvernement de la République du Tchad, un prêt de 141,2 millions d’Euros pour le financement du projet dont le coût total est estimé à 283,1 millions d’Euros“, explique la secrétaire d’Etat à l’Economie, Madeleine Alingué. En sus de ce prêt, le Tchad a bénéficié d’une subvention de l’Union européenne d’un montant de 35 millions d’euros, ajoute-t-elle.

La majeure partie du projet faisant objet de ce contrat de financement concerne une opération de réfection sur plus de 92% du tronçon N’Djamena – Koutéré. Pour la secrétaire d’Etat à l’Economie, grâce à la réalisation de ce projet, le corridor N’Djamena – Moundou – Koutéré sera plus fonctionnel et résistant aux effets du changement climatique (conditions météorologiques extrêmes telles que la chaleur, les inondations, etc.).

Le niveau de sécurité sur ce réseau sera rehaussé et l’accès au port de Douala sera par conséquent facilité. Le projet couvre la conception et la mise en oeuvre des volets suivants tels que la reconstruction et la réfection du tronçon N’Djamena – Guelendeng, long de 144 km y compris l’élargissement des 20 premiers km pour passer de 2 voies à 4 voies. La reconstruction et la réfection du tronçon Ham – Kélo long de 85 Km; la construction d’un nouveau pont à 2 voies à Moulkou; la construction de 4 postes de pesages dans les localités à N’Gueli, Kournari, Kelo et Koutéré ; la construction de 6 aires de repos dans les localités de Loumia, Guelendeng, Djoumane, Kelo, Belaba et Koutéré“, détaille Madeleine Alingué.

En plus des travaux de reconstruction et de réfection, le projet couvre la supervision des travaux, l’acquisition des terrains et l’assistance technique.

Le projet sera réalisé dans un délai de 6 ans, commençant au 1er trimestre 2023 et finissant au 4ième trimestre 2028. Les versements du prêt de la Banque se feront en 12 tranches au maximum. Le montant de chaque tranche sera d’un minimum de 5 millions d’Euros. Pour le remboursement du prêt de la Banque Européenne d’Investissement, quatre modalités ont été définies. La première modalité consiste au remboursement en plusieurs échéances ; la deuxième, le remboursement en une seule fois; la troisième modalité est le remboursement anticipé volontaire et enfin le remboursement anticipé obligatoire.

En plus du taux d’intérêt fixe de 2,45 %, les charges telles que les taxes, les droits de timbre et d’enregistrement et tout autre frais relatif à l’exécution du contrat, les charges et dépenses liées aux honoraires, à la variation de taux de change, à la résiliation de contrat, etc. incombent au Tchad.