Bien que le coût de l’électricité produite par les centrales hydroélectriques reste parmi les sources d’énergies renouvelables les moins chères au monde, l’Afrique ne compte aujourd’hui qu’une capacité installée de 38 gigawatts sur 474 disponibles.

L’Afrique possède le plus grand potentiel hydroélectrique inexploité au monde, selon un rapport publié en juin 2022 par l’Association internationale de l’hydroélectricité (IHA), une organisation à but non-lucratif fondée sur l’initiative de l’UNESCO pour promouvoir le développement durable à travers l’hydroélectricité.

Ce potentiel est estimé à 474 gigawatts (GW) contre 73 GW en Europe, 275 GW en Amérique du Sud, 387 GW en Amérique du nord & centrale, 359 GW en Asie de l’Est & Pacifique et 355 GW en Asie du Sud & centrale.

« Le potentiel hydroélectrique de l’Afrique dépasse la demande actuelle et à moyen terme du continent », souligne l’association, indiquant que le coût de l’électricité produite par les centrales hydroélectriques reste parmi les sources d’énergies renouvelables les moins chères au monde.

Intitulé « Hydropower status report-2022 », le rapport révèle également que le continent africain ne dispose actuellement que d’une capacité hydroélectrique installée de 38 GW contre 501 GW en Asie de l’Est & Pacifique, 254 GW en Europe, 205 GW en Amérique du Nord & centrale, 177 GW en Amérique du Sud et 154 GW en Asie du Sud & centrale.

L’Ethiopie reste en tête du classement des pays africains en termes de capacité hydroélectrique installée, avec 4074 MW, devant l’Angola (3836 MW), l’Afrique du Sud (3600 MW), l’Egypte (2876 MW) et la République démocratique du Congo (2760MW).

Avec l’agence Ecofin