Lors d’une cérémonie qui a eu lieu le 12 juillet à la Maison nationale de la femme, la plateforme ‘’vivons tous ensemble’’ a installé des moto-taximen ”porteurs de paix” à N’Djaména.

‘’On a une question qui nous tient à cœur. Elle n’a pas de prix : c’est la paix. Sans la paix, nous ne pouvons pas exercer nos activités. Nous allons entrer partout à N’Djaména pour parler de la paix’’, s’engage Brahim Mahamat Moustapha, président de l’association des chauffeurs de moto-taxi.

Aujourd’hui, constate Fatimé Boukar Kosseï, coordonnatrice de la plateforme ‘’vivons tous ensemble’’, des jeunes se débrouillent en étant moto-taximen.

Au-delà du service qu’ils rendent à la communauté, la coordonnatrice pense qu’ils peuvent être des ‘’acteurs de transformation et des agents de pacification sociale’’.

Fatimé Boukar Kosseï invite donc les ”porteurs de paix” installés à contribuer au renforcement de la cohésion sociale.