La création d’une nouvelle autorité indépendante marque une avancée significative dans la lutte contre la corruption. Cette institution, qui a pour mission de prévenir et réprimer la corruption tout en moralisant l’espace public, résulte d’un projet de loi élaboré en réponse aux recommandations du Dialogue national inclusif et souverain (DNIS).

Le principe fondamental de cette initiative est que la répression des actes de corruption doit être précédée de mesures de prévention, allant de la sensibilisation au renforcement des compétences des agents responsables des dépenses publiques. Cette démarche vise à instaurer une bonne gouvernance, nécessitant la vulgarisation des textes juridiques, des procédures administratives, des codes d’éthique et de déontologie, des valeurs morales, ainsi que l’application de sanctions appropriées aux infractions de corruption.

Cette nouvelle autorité vise à combler les lacunes de l’ancienne Inspection générale d’Etat, qui a été critiquée pour son manque de prévention avant d’être dissoute en octobre 2023. La lutte contre la corruption et la promotion de la bonne gouvernance requièrent une approche pédagogique, qui explique clairement les mécanismes de la corruption, ses conséquences et les méthodes pour la dénoncer.

Ce projet de loi a reçu un accueil positif à différents niveaux. Le comité technique de suivi des recommandations du DNIS a validé le projet, le gouvernement l’a adopté, et une Ordonnance (numéro 007/PT/2023) a été prise par le Chef de l’Etat pour la création de l’Autorité indépendante de lutte contre la corruption. Ladite Ordonnance a été ratifiée le jeudi 17 novembre 2023 par les conseillers nationaux, qui ont souligné sa conformité avec divers textes juridiques nationaux et internationaux.

La nouvelle Autorité indépendante de lutte contre la corruption, dont le projet de texte a été initialement proposé par Idriss Haliki Tideimi, ancien Inspecteur Général d’Etat, constitue une étape importante dans l’évolution du pays vers une meilleure gouvernance. Elle témoigne de l’engagement des dirigeants du pays à servir l’intérêt général.