Dans le cadre de son concept ‘’Al-Moussama’’ ( Le pardon en arabe local ), la compagnie artistique Mandargué, a installé ce 9 mars, à N’Djamena, ses ambassadeurs scolaires promoteurs de la paix.

25 ambassadeurs de la paix sont installés dans chacun des quatre établissements scolaires retenus par la compagnie artistique Mandargué. Il s’agit des lycées de La Paix, La Liberté, Fort-Lamy et Diguel-est. Ce sont les scènes de violences enregistrées dans certains de ces établissements qui ont amené la compagnie a initié ces actions de sensibilisation. Les 14 et 15 février dernier, une bagarre a opposé des élèves du lycée La Liberté à ceux de Fort-Lamy, faisant plusieurs blessés et des dégâts matériels. ‘’Nous allons continuer à nous entretuer, je pense que non’’, déclare le directeur artistique de la compagnie, Issakha Digadimbaye.

Il invite les ambassadeurs choisis à s’engager réellement pour installer et pérenniser le dialogue entre leurs camarades. ’’On doit être sérieux dans tout ce qu’on fait parce que vous êtes le Tchad de demain ‘’, rappelle-t-il, fustigeant la faible participation des parents d’élèves et de certains responsables d’établissements scolaires à cette cérémonie. ‘’Quand on organise une telle rencontre, on a 0,5% des responsables des administrations scolaires. Pareil pour les parents d’élèves. Qui accusera-t-on demain ? On doit prendre nos responsabilités ‘’, interpelle Issakha Djigadimbaye.

Limitée par les moyens, la compagnie a choisi ces quatre établissements pour expérimenter l’impact de sa démarche. Chaque fin du mois, elle se rendra dans ces établissements pour appuyer ses ambassadeurs dans leurs actions de sensibilisation.