En cette période d’hiver, le marché Dombolo de Koumra, chef-lieu de la province du Mandoul, est débordé de crudités qui viennent des villages situés aux environs de la ville tels que Kemkada, Narmbanga, etc. Une petite promenade sur ce marché a permis de se rendre à l’évidence de l’abondance de ces fruits et plantes potagères.

Très tôt, les livreurs arrivent en grand nombre sur leurs motos tricycles, bicyclettes mais aussi des femmes communément appelées “Mosso koro” viennent des villages environnants à pieds et portant sur la tête ces produits pour vendre en détails ou en gros. Un sac de salade coûte 2500f en ce moment au lieu de 7000f en période de carence. Un sac de carottes, quant à lui, se vend aussi en cette période à 17000f au lieu de 25000f. Cette baisse de prix s’observe aussi pour les ventes en détail.

“Je parviens à vendre deux à trois sacs en détails par jour et je me fais de bénéfice. Je fais mon jardin de salade et carotte au bord du cours d’eau de Kemkada. Chaque semaine je livre deux fois en ville pour me nourrir car je vis sans mari“, explique Yemitar.

Un plat de salade se vend dans les quartiers aux abords des routes et devant les débits de boisson à 250f pour alimenter les buveurs, de même les enfants traînent avec les carottes partout en détails de 50f à 200f.

Selon le nutritionniste Pitmbaye Ratnan Arsène ces crudités apportent une contribution non négligeable à l’épanouissement du corps humain.

Alex Loubadjo Djassibaye, correspondant à Koumra