Le dimanche 20 novembre 2022, la Maison d’arrêt de Koumra a abrité une célébration eucharistique au cours de laquelle six prisonniers ont reçu le sacrement de baptême.

La messe de baptême est dirigée par l’abbé Claude Doualta, par ailleurs directeur du moyen séminaire en présence des parents, des sœurs de la charité et quelques fidèles des deux paroisses de la ville.
La maison d’arrêt a vibré au rythme de joie à travers cette célébration.

Dans son homélie, il a axé ses prédications sur les textes du jour, dimanche où l’église catholique célèbre la solennité du Christ-Roi. Le Christ qui s’est sacrifié pour sauver l’humanité toute entière. Un roi qui n’a pas eu de trône et qui avait une couronne en épine et non en or ni argent comme pour les rois du monde. Un roi qui a accepté l’humiliation et des tortures pour libérer les hommes du péché.
A l’endroit des prisonniers baptisés, le célébrant a encouragé à tenir ferme dans leur foi même en étant en prison.

S’en est suivi des rites de baptême par le serment de foi, l’imploration des premiers fidèles défunts avant d’être nés de nouveau par l’eau de baptême versée sur la tête.

Vers la fin de la célébration, Bruno, un des baptisés remercie le prêtre et promet de vivre dans la foi. Pour lui, ils sont perdus mais avec ce baptême,ils vont revenir sur le bon chemin, Celui du Christ.

Même sentiment pour Agnès , après avoir passé trois ans en prison, se voit réconfortée par ce sacrement. Elle regrette d’avoir enfreint la loi et avoue de donner une nouvelle page à sa vie.

Quant au régisseur Yves, il a salué l’initiative de l’église catholique qui fait que les prisonniers écoutent de temps en temps la parole de Dieu et encourage le clergé a le faire davantage.

Il faut noter que la messe a été une occasion pour les détenus d’exprimer leur reconnaissance à Dieu, revivre les cultes longtemps manqués.
Louange, adoration par les danses et youyous ont rendu cette célébration religieuse gigantesque dans cette maison de détention.


Alex Loubadjo Djassibaye, correspondant à Koumra