Portrait : Youssouf TERRI, le benjamin des écrivains tchadiens

A 24 ans, Youssouf TERRI est le nouveau venu dans la petite famille littéraire tchadienne. « Le rêve d’une femme hardie », est son premier roman paru aux Editions l’Harmattan de Yaoundé au Cameroun en février 2015.

Passionné par la littérature dès son bas âge Youssouf Terri a su réaliser son rêve de devenir écrivain avec « Le rêve d’une femme hardie. De son vrai nom Youssouf Mahamt Youssouf, il est l’un des rares jeunes tchadiens qui savent oser. Son audace lui a permis de se faire un nom parmi la classe des écrivains tchadiens à seulement 24 ans.

« Le rêve d’une femme hardie », est le premier coup d’essai qui a vu son sacre. Le roman ne passe pas inaperçu dans le milieu des jeunes qui prennent déjà l’auteur pour exemple.  C’est dans un récit captivant et hors du commun que Youssouf Terri raconte l’histoire émouvante d’une jeune et belle fille, Nadika. Cette dernière après avoir vécu  dans un orphélinat à N’Djamena loin de sa famille restée au Tchad profond sera appelée à un destin exceptionnel. L’héroine affrontera les vicissitudes et la beauté de la vie : son prémier amour, ses études en France, son combat pour les droits de la femme et son engagement politique…

Actuellement en poste à la Division Juiridique de la Coordination Générale chargée du Passage de l’Audiovisuel Analogique au Numérique, Youssouf Mahamat Youssouf est titulaire d’une  Licence en Droit et Administration Publics. Il a  dirigé l’Association des Etudiants, Eleves et Stagiaires Tchadien au Cameroun – Section de Yaoundé 2. Le jeune écrivain a également occupé tour à tour le poste de Sécrétaire géneral et de Sécrétaire general adjoint de l’Association des Etudiants de la Faculté des Sciences juridique et politiques de l’Université de Yaoundé 2. Il est né le 22 avril 1991 à N’Djamena.

6 Commentaires

  1. Brahim Mahamat Seid
    18 avril 2015 at 13 h 14 min Répondre

    J’ai un réel et grand plaisir de découvrir ce jeune homme qui a tant de potentialités ,courages , déterminations.si non comment comprendre qu’ un jeune de 24ans arrive a écrire un roman avec son premier diplôme universitaire ? je crois que avec cet écrivain ,intelligence acquise et exceptionnelle..

  2. Maxime
    20 avril 2015 at 11 h 06 min Répondre

    je n’ai pas encore lu cet ouvrage mais je tire chapeau a Youssouf pour son courage dans la realisation de cette oeuvre.et kil continu dans cette voie. aller SG

  3. Fabry Tchouadi
    9 mars 2016 at 12 h 44 min Répondre

    Commentaire Dans bientôt nous allons le rejoindre!

  4. Ali mahamat kouta
    18 avril 2016 at 11 h 20 min Répondre

    Toutes mes félicitations cher frère Youssouf, béaucoup d’hardiesse et tout ira dans l’ordre coe le tout-puissant l’avait prévu.

  5. katarfo Abdel-Aziz
    24 août 2016 at 12 h 22 min Répondre

    toutes mes crongatulations,sincérement c’est une nouvelle tête dans la littérature tchadienne si bien que le pays a connu des écrivains mais pas jeune comme vous.

  6. soumaine Mahamat Togoi
    9 novembre 2017 at 23 h 52 min Répondre

    Toutes mes félicitations on vous souhaite beaucoup du courage dans la voie que vous avez choisie.

Laisser un commentaire