Iyalat – Nodjikoua Dionrang Épiphanie : son rêve du barreau brisé, sur le micro elle a misé

Dans le cadre de notre série d’articles sur les femmes, nous vous dressons aujourd’hui le portrait de Nodjikoua Dionrang Épiphanie. Elle est la première fille tchadienne à se lancer dans le Slam. Entre la musique, l’entrepreneuriat et la vie associative, la jeune Phanie, comme l’appellent ses amis, a une vie bien partagée. Mais qui est-elle.

S’il y a bien une chose qui définit Nodjikoua Dionrang Épiphanie ou Fanny’s d’or sur les réseaux sociaux, selon ses amis, c’est bien la perversité qui entoure certaines de ses publications. Elle n’est pas du genre à « mâcher ses mots ». Mais en réalité, la jeune slameuse se couvre seulement d’une carapace derrière les claviers de son ordinateur ou de son téléphone, qui peut être vite brisée dans la vraie vie.

Petite, Dionrang Épiphanie rêvait plutôt de devenir avocate « Mon rêve d’enfance était de devenir avocate pour défendre les gens, chose que je n’ai pas pu réaliser. Mais à travers ma passion qui est la musique et précisément le Slam, je prête ma voix aux  cris des sans voix » nous dit-elle.  Mais comment la jeune diplômée en gestion de projet  a-t-elle atterri dans le Slam?

Dans un hommage qui lui est dédié, le Réseau des jeunes pour le développement du leadership au Tchad (RDJLT) a relevé que, « Épiphanie a découvert sa passion pour l’art depuis son adolescence en décrivant ses journées par des mots, amoureuse de la lecture et en prestant dans son lycée sur le style rapologique avant de commencer l’aventure dans le Slam ». L’année 2016 a donc marqué le début de la carrière artistique de Phanie dans le Slam où, elle participe à la compétition de la troisième édition de N’Djam s’enflamme en Slam. L’initiateur de ce projet, Didier Lalaye alias Croquemort, se souvient d’ailleurs  qu’elle était la première fille et la seule. Dionrang Épiphanie est devenue ensuite membre du bureau exécutif du collectif ”Tchad Slam” puis co-animatrice d’une émission radio dénommée ” Slam et Poésie”. En août 2017, elle était présente à Dakar sur la scène de “Vendredi Slam” ; en septembre, elle a été sélectionnée comme membre du jury pour la présélection de la coupe de N’Djam s’enflamme en Slam ; en novembre 2017 elle était sur la scène de la 4ème édition de N’Djam s’enflamme en Slam et lors de la soirée de clôture dénommé “Slam et Eve”. En avril 2018, elle pris part au festival international ”Babi Slam” en Côte d’Ivoire. Elle participe à la 1ère édition de la Coupe d’Afrique de Slam au Tchad

« Phanie est une fille courageuse et directe. Quand elle a une vision, elle fait ce qui est en son pouvoir pour l’atteindre. Elle est énergique car elle peut gérer plusieurs activités à la fois, l’exemple est qu’en ce moment elle participe à YALI ROSE, WAOUH et pour la semaine de la femme, le dépistage contre le cancer. Mais comme tout humain elle a aussi ses défauts mais chez nous, on dit que le linge sale se lave en famille » témoigne Dionrang Hyacinthe, sa grande sœur.  

 « Je dirai qu’en trois ans de carrière ou d’aventure dans le Slam je n’ai pas encore pu atteindre mes vrais objectifs mais je me suis déjà fait un nom dans le pays en participant à des scènes internationales » affirme Dionrang Epiphanie. Elle dit avoir pris un recul pour mieux se fixer pour qu’enfin un jour le Tchad puisse être fier d’elle. « Le Tchad est ce qu’il est, il y a beaucoup de défis auxquels, en tant que jeunes nous nous confrontons mais, cela n’empêche qu’on initie des petites activités dans nos communautés pour donner le sourire aux autres et on y arrivera ».

Dionrang Epiphanie est membre du bureau de YALI Chad, Co-présidente d’organisation de l’initiative #YALIROSE, Membre de Global Shapers N’djamena Hub et Chargée de projet de Athena Model Agency.

Laisser un commentaire