Iyalat: Entretien avec l'artiste tchadien Mac Alex

macalex

 

1.. Est-ce que tu peux tout d’abord nous résumer ton parcours artistique jusqu’ aujourd’hui ?
Mac Alex : Avant de commencer cette interview, je tiens à saluer d’abord tout le monde ! Mon entrée dans le milieu artistique a commencé dans les années 90 avec la danse. On prenait plaisir avec les potes du quartier à danser sur les airs de Mc Solaar, Kriss Kross, NTM et autres. C’est en 1995 que les choses sérieuses ont commencé. Nous avions formé un groupe avec les amis mais il n’avait pas brillé. Après quelques mois, l’un de nos éléments, le plus âgé, nous a quitté pour des raisons académiques. C’est en 1998 que je me suis fait remarquer à travers de grands spectacles auxquels j’ai pris par avec le groupe Mega System Fulls notamment au Lycée Félix Eboue, OFAD de Chagoua et Don Bosco. En 1999, j’ai servi dans le groupe Zaantha avant de créer le groupe Planeta Seven en 2000 avec Paap Djeys et Wallace. En 2001, après l’obtention de mon Bac, j’ai dû quitter les amis pour aller étudier à Cotonou au Bénin. Me sentant seul, la musique m’aidait à oublier le stress et la distance qui me séparait de ma famille et de mes potes. Destin aidant, j’ai sorti en avril 2004 à Cotonou mon premier single « Rosa » qui a été bien accueilli par le public. Quelques années plu tard, j’ai fait plusieurs collaborations avec d’autres artistes, j’ai lancé 2 autres singles avant de sortir mon premier album solo « Carte de visite » le 15 juin 2012. Toutes ces années sont marquées par 2 prix à savoir : le prix Art Sao Lauréat en 2007 et prix du meilleur artiste de la catégorie Zouk tchadien en 2009 pendant que j’étais encore à Abidjan. A part la musique, je joue dans les films comme acteur.

2 .. Quand as-tu décidé de te consacrer entièrement à une carrière artistique ?
Mac Alex : Je ne suis pas dans l’art à 100%. J’ai un pied dans l’art et un pied ailleurs. Mais il faut savoir que je baigne dans la musique chaque jour. Au boulot, j’écoute de la musique à longueur de journée tout en travaillant. Chez moi, c’est pareil mais j’essaie aussi d’intercaler avec les infos qui passent sur les chaînes.

3.. Alex, selon toi, quelle est la définition du succès ?
Mac Alex : Pour moi, le succès correspond à un résultat heureux, à la réussite.

4.. Si tu étais ministre de la culture qu’est-ce que tu changerais pour améliorer le système actuel?
Mac Alex : Hum…si j’étais ministre de la culture, je me battrai pour que les artistes soient respectés. Je ferai de sorte qu’ils perçoivent leurs droits annuellement et régulièrement. Je plaiderai pour l’augmentation du budget du ministère de la culture et m’arrangerai pour que les artistes qui ont fait des études supérieures soient intégrés à la fonction publique.

5.. Si tu devais nous citer une seule qualité qui t’a démarqué par rapport aux autres, ce serait laquelle?
Mac Alex : Je suis trop gentil. Certains amis pensent que je suis naïf mais loin de là ! Je retrouve ce caractère chez d’autres amis avec qui ont s’entend bien notamment IZra L, Krys La Référence et Djimet Koublengar.

6.. Pourrais-tu nous raconter une histoire personnelle qui t’a marquée et qui a changée ta vie?
Mac Alex : Ce qui m’a le plus marqué c’est le résultat de mon test d’admission au master à l’Ecole des Sciences Morales et Politiques d’Afrique de l’Ouest (ESMPAO/ CERAP, ex-INADES d’Abidjan). C’était en 2008. Après les événements des 2 et 3 février 2008, j’étais déboussolé ! Tout devenait sombre autour de moi. Un ami m’avait fait savoir que cette école a lancé un test pour le master à l’intention des étudiants africains. J’ai tenté ma chance et le SCAC m’a donné une bourse de 2 ans pour aller étudier à Abidjan.

7.. Quelle personne t’a le plus influencé dans ta vie et ton choix ?
Mac Alex : Sincèrement dit, la personne qui m’a le plus influencé n’est autre que le défunt « Le P’tit fou », animateur-producteur de la RNT (Radio Diffusion Nationale Tchadienne). Je l’écoutais très souvent quand j’étais petit. Il m’a donné la chance de découvrir les groupes tchadiens tels Chari-Jazz, African melody, Sao Junior, Me Gazonga…le fait d’écouter ces artistes a aiguisé en moi l’envie de devenir artiste.

8.. En sortant de l’école la plupart des jeunes ne savent vraiment pas quoi faire dans leur vie qu’est ce que tu pourrais leur donner comme conseil?
Mac Alex : C’est vrai que l’école nous ouvre les portes de la vie professionnelle mais tout le monde n’est pas appelé à travailler dans un bureau. Il faut que notre génération soit entreprenante. Il faut également chercher à avoir plusieurs cordes à son arc pour ne pas se faire avoir après nos formations. Ne soyons pas oisifs surtout. Tout ce qui rapporte de l’argent ne doit pas être négligé.

9.. À ton avis pourquoi la majorité de la culture tchadienne a du mal à se vendre ?
Mac Alex : Pour que la culture tchadienne se vende, il va falloir que nous acceptions nous-mêmes notre culture. Nous devons la valoriser pour qu’elle ait ses lettres de noblesse, sans cela, jamais elle ne s’imposera.

10.. Quel est l’accomplissement qui te rend le plus fier?
Mac Alex : C’est l’obtention de mon master. Cela a changé ma vie !

11.. D’où te vient cette passion pour la musique ?
Mac Alex : Je peux dire que c’est quelque chose qui est en moi. Je m’explique : ma mère est choriste d’église. Et dans le village de mon papa, toutes les occasions sont faites pour créer une chanson. Au champ, les hommes chantent. Quand quelqu’un commet une faute grave, on compose une chanson en son nom. Voilà quoi !

12.. Comme tu l’as précisé précédemment, tu as joué dans plusieurs courts métrages. Est-ce que l’on pourra te voir un jour dans un autre œuvre de ce type ou bien as-tu définitivement tourné la page ?
Mac Alex : Je ne tournerai jamais cette page. J’ai joué dans 2 films qui sortiront bientôt. Le dernier en date a vu la participation de Gohou Michel et Bohiri de la série ivoirienne « Ma famille ». Il s’intitule « Fille à papa ». Je prépare aussi un autre tournage avec Abakalam le Bombardier d’ici quelques semaines.

13.. Qu’aimerais-tu changer en toi qui ferait de toi une meilleure personne ?
Mac Alex : Bon…rien! J’aime mon physique (les autres l’apprécient bien aussi). Je n’ai pas un sale caractère, je suis respectueux, pas oisif, conscient…Tout ce qui est en moi me plait (rire). Merci

 Nous te remercions et te souhaitons beaucoup de succès…

Suivez son actualité sur : http://www.myspace.com/macalex1

Source: LBT

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :