Ficsa : les traditions maghrébines  apportent une touche particulière à l’événement

Ficsa : les traditions maghrébines apportent une touche particulière à l’événement

Le Festival international des cultures sahariennes (Ficsa) met en exergue différentes cultures du Sahara. Les délégations maghrébines ont marqué le festival par des danses  et des styles très particuliers. Zoom sur les délégations, algérienne, tunisienne et marocaine.

Du commerce transsaharien depuis le Moyen âge au Ficsa 2019, l’Afrique du nord et les pays africains du sud du Sahara entretiennent des relations séculaires. Au Tchad, les Maghrébins se sentent aussi chez eux. Les rochers et les collines du Nord du Tchad ressemblent à celles de Tinzouline au sud du Maroc et de certaines régions d’Algérie. « Tout ce que je vois ici [collines, montagnes, paysage] autour de moi, nous l’avons aussi chez nous donc le Tchad est notre deuxième patrie » affirme Teguini Abderahman, chef de la délégation marocaine.

  • L’Algérie

La délégation algérienne, composée de 9 chanteurs et danseurs, a présenté au public la danse Naharia de la région Ouest d’Algérie. Une danse exclusivement masculine. Des hommes s’alignent au début puis subitement deux parmi eux quittent le groupe pour une démonstration de jeu de sabre. Tout se fait sous l’animation de  deux tambours  produisant un son oriental. Puis, les danseurs forment un cercle, faisant une rotation en chantant, avec chacun une canne à la main tout en secouant les épaules. La Naharia se joue à l’occasion des fêtes traditionnelles et des mariages.

La délégation algérienne en pleine démonstration d’une danse nationale/Ph Al-mardi/Tchadinfos

« Nous avons découvert plusieurs choses au Tchad. Les gens sont sympathiques, chaleureux et surtout notre sécurité est bien assurée » apprécie le chef de la délégation algérienne.

A lire : Ficsa : les démonstrations de danses traditionnelles mobilisent les festivaliers

  • Le Maroc
Démonstration de la danse Roukba par la délégation marocaine/Ph Al-mardi/Tchadinfos

La Roukba est une danse symbolique de la commune de Tinzouline, situé au sud du Maroc. Comme celle de l’Algérie, la Roukba regroupe des hommes en djellaba blanc  autour des tam-tams qui produisent une acoustique orientale. Ces hommes frappent les mains avec des petits déplacements des pieds et prononçant à haute voix un chant arabe. Cette danse représentative de la culture marocaine se joue pendant les festivals. La délégation est composée de 16 membres.

« Dieu merci tout le monde est bien ici au Tchad. L’accueil est bien et les gens sont gentils » remercie le chef de la délégation marocaine.  

  • La Tunisie
Un festivalier tunisien jouant à la trompette/Al-mardi/Tchadinfos

La danse tunisienne est celle du sud du pays. La particularité de celle-ci est le lyrique produit par les trompettes et qui fait tourner deux danseurs sur eux-mêmes ayant de larges tenues traditionnelles. La délégation, composée de huit artistes et poètes, dit être satisfaite de l’organisation très réussie du festival. « Nous remercions les hautes autorités du Tchad pour l’organisation du FICSA » relève le chef de la délégation tunisienne, Mahamat Béchir.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :