Culture : une fois de plus N’Djam s’enflamme en slam

FESTIVAL – Déjà la 5e édition du festival international de slam du Tchad, N’djam s’enflamme en slam. Ce mercredi a marqué l’ouverture des activités de cette édition qui est dédiée aux slameuses.

C’est parti pour la 5e édition du festival international Ndjam s’enflamme en slam (Fines). La cérémonie de cette première plateforme dédiée au Slam s’est déroulé ce mercredi 6 novembre à l’Institut français du Tchad. Pour sa 5e édition, le festival met à l’honneur les slameuses à travers le thème «  Eve et Slam – Slam au féminin.»

Pour Didier Lalaye alias Croquemort, promoteur de ce festival, le but de N’Djam s’enflamme en slam est de libérer la pensée non seulement sur le plan institutionnel mais aussi familial. C’est pour cela que cette édition alloue une place particulière aux femmes, selon l’artiste.

« N’Djam s’enflamme en slam donne la parole aux femme mais il le donnait déjà aux femmes. Le concept Slam et Ève m’a été inspiré par Amee, slameuse ivoirienne. Elle a déclamé un texte à Bamako en 2015, intitulé Adam et Ève. Dans le texte, Ève était pilote, Ève était médecin et Ève était professeur », explique Didier Lalaye alias Croquemort par rapport au choix du thème.

A la suite de cette phase de discours, deux des artistes invitées ont déclamé des textes. S’en est suivi la présentation des membres de l’équipe de la Coupe d’Afrique de slam poésie au Tchad (CASP). Enfin le directeur de la Culture et des Arts, Mbailassem Mbayo a prononcé son discours de lancement. Le public a ensuite rejoint la salle de projection pour suivre le court-métrage « Voix des femmes » réalisé par Gaëlle Rauche

Cette année, le Fines, c’est la Cote d’Ivoire, la Guinée, le Maroc, la Hollande, le Cameroun, le Congo entre autres vont participer. Le village artistique est délocalisé à l’ex Rods Prod. Le festival s’étend du 6 au 11 novembre.

Laisser un commentaire