Culture : Mahamat Saleh Mangaré a présenté son livre ” chômage et si la solution se trouvait dans l’e-entrepreneuriat”

0
340

Mahamat Saleh Mangaré a fait la présentation de son livre intitulé “chômage et si la solution se trouvait dans l’e-entrepreneuriat ” cet après-midi du jeudi 13 janvier 2022 au centre culturel al-Mouna de N’Djamena.

Édité à toumaï Édition en 2021, ce livre de 213 pages réparties en 7 chapitres parle du chômage et propose l’entrepreneuriat électronique comme solution à ce problème.


Dans ce 21ème siècle, le chômage est devenu chronique et trouver un emploi est pour des nombreux jeunes africains, l’équation a plusieurs inconnues qu’il faut résoudre à tout prix. Certains d’entre eux prennent la direction du Sahara pour mener l’activité d’orpaillage, d’autres tentent la migration clandestine vers l’Europe et d’autres encore les plus chanceux tentent d’entreprendre.


Selon l’auteur, les réseaux sociaux s’avèrent une véritable opportunité étant donné le développement de l’Internet. Plusieurs business qui étaient traditionnels ont muté en business Web. Les réseaux sociaux se sont imposés au point où toutes les stratégies marketing optimales les ont intégrés. C’est à cet effet que le secteur présente une multitude de procédés par lesquels on peux gagner de l’argent à travers YouTube, Facebook, Instagram, Tik-tok, sans perdre de vue ceux liés à la création de blogs, des podcast et des médias en ligne, développe Mahamat Saleh Mangaré.


Né à Iriba en 1990, Mahamat Saleh Mangaré a poursuivi son parcours universitaire en droit public, sciences politiques et relations internationales au Cameroun et à l’université Emi Koussi de N’Djamena. Il est aussi titulaire d’un certificat de formation en technologie de l’information et de la communication délivrée par l’agence universitaire de la francophonie. Actuellement expert et formateur dans les domaines du web notamment en marketing digital e- commerce et les activités en free-lance sur l’internet, il est aussi enseignant et leader de la société civile.

Zara Sakawa, stagiaire

Laisser un commentaire