Samedi 12 juin 2021

Culture : Cinéma nomade Tchad, une association pour éduquer à travers le cinéma

L’artiste Yasmine Abdallah a procédé ce jeudi 21 février au lancement des activités de l’association Cinéma nomade Tchad. C’est à l’occasion d’un point de presse tenu au centre culturel Al-mouna de N’Djamena.

Cinéma Nomade Tchad est une association de promotion du 7e art. Elle choisit comme méthode, la réalisation et la projection en plein air dans des espaces publics des films éducatifs. Cinéma nomade Tchad, initié par l’artiste musicienne, Yasmine Abdallah, a lancé donc officiellement ses aujourd’hui.

« Je suis réalisatrice de film, scénariste et en même temps artiste chanteuse. Pendant mes tournées en 2013, je me suis rendue compte que dans les zones les plus reculées, les gens n’ont pas les informations. Les zones qui n’ont pas accès à internet, à la télévision et à la radio n’ont pas les informations. Comme je suis réalisatrice et scénariste, tout ce que je peux faire c’est de créer un support pour mettre au courant ceux qui sont là-bas », déclare Yasmine Abdallah.

A lire: Culture : (re)découvrir les grands axes du dossier sur le cinéma tchadien

L’objectif de cette association est de renforcer les connaissances des publics cibles et les aider à changer de comportement. C’est pour cela que les films que projette Cinéma nomade Tchad sont des films éducatifs sur le mariage précoce, la planification familiale, le conflit entre agriculteurs et éleveurs, la traite des enfants etc.

« Ceux qui sont dans ces zones reculées, pour eux c’est bien de donner la fille en mariage à l’âge de 12 ans. Ils ignorent les conséquences du mariage précoce alors que nous qui sommes informés, savons que les conséquences sont les fistules et autres. C’est pour ça que j’ai créé le Cinéma nomade », explique-t-elle.

Il faut le préciser, le projet cible directement les filles, les femmes, les hommes, les jeunes, afin de provoquer une réponse collective dans la communauté pour le bien-être des populations. Il vise aussi à donner la possibilité aux sans voix pour s’exprimer et comprendre les causes ou les raisons de leurs situations de vulnérabilité.

Lire aussi: Tchad : « Il nous faut une politique cinématographique bien encadrée et des administrateurs clairvoyants », Issa Serge Coelo

Ecobank 2
Victoria Remadji
Jeune journaliste passionnée de TIC et de culture. Je suis de la 44e promo de journalisme de l’École des sciences et techniques de l’information et de la communication (Esstic). Une petite fouine qui se pose cette question : POURQUOI ?

Laisser un commentaire

économie

Culture : Nour Al Jazz, le délice qu’a offert Adama Victorine

Ce 11 juin, l’institut français du Tchad a vibré au rythme des frissons du concert de la chanteuse Jazz Adama Victorine.Il est 20h, les...

Tchad : l’artiste N2A s’engage dans un combat social en offrant cinq bourses d’études à de jeunes orphelins

En prélude de son concert du vendredi 11 juin, l’artiste N2A a fait un point de presse ce matin au complexe Acamod pour annoncer...

Recevoir la newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien rater de l’actualité tchadienne.

Publicité

Publicité SoGe Sidebar

SOGE 4

Sondage

Que voudriez-vous voir plus souvent sur Tchadinfos.com ?
217 votes · 218 réponses

Application Tchadinfos.com

Publicité