USA – CPI : la tension monte

Pour avoir souhaité ouvrir une enquête sur les présumés crimes contre l’humanité commis en Afghanistan par les soldats américains, la cour pénale internationale est dans le collimateur des Etats unis d’Amérique.

« La cour pénale internationale est inefficace, irresponsable et carrément dangereuse ». Ces mots sont de John Bolton, conseiller à la Sécurité nationale de Donald Trump, au micro de Rfi. Cette déclaration, discrétoire soit-elle, dénote de la crainte des autorités américaines de voir leurs concitoyens trainés devant cette juridiction internationale. Mais que fait-til peur aux Etats unis, ce grand qui n’est pas membre de la CPI ?
La raison : Fatou Bensouda, procureure générale de la CPI, a annoncé en novembre 2017 son intention de diligenter une enquête sur les probables crimes contre l’humanité qui seraient commis par les soldats américains en Afghanistan et mener aussi des investigations en Israël. Cette plaisanterie bensoudaise est la pilule amère que les autorités refusent d’avaler. Et John Bolton n’est pas outre pour l’affirmer au micro de Rfi : « les Etats unis mettront tous les moyens possibles en œuvre pour protéger leurs citoyens et ceux de leurs alliés de poursuite injuste de ce tribunal illégitime.»

Mise en garde

Toujours selon Rfi, la mise en garde des autorités américaines est très claire : si la CPI venait à ouvrir cette enquête, ses juges et procureurs plus les pays qui coopéraient avec elle, seraient sous le coup des sanctions américaines. Interdiction d’entrer sur le sol américain, gel de leurs avoirs financiers aux Etats unis et fin de l’aide économique aux pays collaborateurs. John Bolton de conclure « la CPI est déjà morte et nous allons la laisser mourir d’elle-même. »

En décidant ainsi d’appliquer ce qu’on pourrait appeler la réciprocité, cette attitude des Etatsuniens réconforterait les régimes autoritaires qui chercheraient à se soustraire à la justice internationale. Les détracteurs de la CPI, surtout africains, trouveront en cette opportunité l’affirmation de la politique de deux poids, deux mesures.

Sources : Rfi

Laisser un commentaire