La CEEAC exhorte les États membres à accroitre la part du secteur industrielle dans leur PIB

BRAZZAVILLE, 19 novembre (Xinhua) — Le secrétaire général de la communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), l’ambassadeur Ahmad ALLAM-MI, a exhorté jeudi à Brazzaville, les Etats membres de cette communauté à augmenter la part de leur secteur industriel par rapport dans leur Produit Intérieur Brut (PIB).

“En effet, si l’on peut se féliciter de ce que les pays de la sous-région se sont fixés l’objectif d’atteindre le statut de pays émergent d’ici une ou deux décennie suivant les cas, cette ambition requiert que chacun des pays de la sous-région augmente significativement la part du secteur industriel dans son produit intérieur brut (PIB) pour atteindre 23% environ contre seulement 8% actuellement”, a-t-il déclaré à l’ouverture des travaux du forum international des investissements au Congo.

Selon Ahmad ALLAM-MI, les Etats d’Afrique centrale doivent aussi accroitre la part de leurs exportations dans leur PIB pour atteindre 30% environ contre seulement 5% actuellement, sans oublier le taux de leurs investissement qui devrait passer aux environ de 30% du PIB de la sous-région.

“Nous croyons en cette initiative, la soutenons et fondons l’espoir qu’elle se multiplie et renforce ainsi le processus d’intégration car, dans le contexte actuel de la mondialisation et de la globalisation, les pays de l’Afrique centrale sont condamnés à s’intégrer pour éviter d’être marginalisés”, a-t-il indiqué tout en rappelant l’engagement du secrétariat général de la CEEAC, à poursuivre et à soutenir les efforts relatifs aux politiques, stratégies et initiatives visant à impulser un développement équilibré des pays de la sous- région Afrique centrale.

Par ailleurs, la CEEAC, en rapport avec sa mission statutaire, de créer les conditions pour un développement harmonieux et équilibré des états membres, s’investit dans la mise en œuvre du plan d’action pour le développement industriel accéléré de l’Afrique, adopté par la conférence des chefs d’états et de gouvernement de l’union africaine (UA), en janvier 2010 à Addis-Abeba en Ethiopie.

Suivant les orientations de cette stratégie, plusieurs actions significatives de nature à créer des synergies avec les résultats du forum investir au Congo, ont été ou seront très bientôt engagées pour accompagner le processus de transformation économique en Afrique centrale.

Intitulé “Invertir au Congo-Brazzaville”, ce forum s’inscrit dans la ligne directe de la stratégie de diversification économique du Congo, lancée dans le cadre du plan national de développement 2012-2016, et qui s’appuie désormais sur la réalisation des importants chantiers d’infrastructures et de nombreuses réformes en vue d’améliorer le climat des affaires.

Il offrira notamment à environ 800 participants, intervenants, experts, investisseurs une plateforme d’échanges et de partage d’expérience qui leur permettra de s’imprégner du cadre institutionnel et règlementaire favorable aux affaires en République du Congo et dans la sous-région et d’identifier les opportunités d’affaires, tant pour les projets existants que pour ceux à développer.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :