Décès de Desmond Tutu : le message poignant du Secrétaire général de l’ONU

0
306

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a pleuré dimanche la mort de l’archevêque sud-africain Desmond Tutu, le décrivant comme une “immense figure de la paix mondiale”, rapporte Xinhua.

“J’ai été très attristé d’apprendre le décès de l’archevêque Desmond Tutu, un soutien inébranlable pour tous les sans-voix”, a déclaré M. Guterres dans un communiqué. “L’archevêque Tutu était une immense figure de la paix mondiale, et une source d’inspiration pour toutes les générations à travers le monde. Pendant les jours les plus sombres de l’apartheid, il a été un véritable phare pour la justice sociale, la liberté et la résistance non-violente”, a-t-il affirmé.

La détermination implacable de l’archevêque à mobiliser la communauté mondiale en faveur d’une Afrique du Sud libre et démocratique a été reconnue à juste titre par le Comité Nobel, qui lui a décerné le prix Nobel de la paix en 1984. En tant que président de la Commission vérité et réconciliation, il a également apporté d’incommensurables contributions à une transition pacifique mais juste vers une Afrique du Sud démocratique. Il transmettait toujours sa sagesse et son expérience avec humanité, humour et cœur, a ajouté M. Guterres.

L’archevêque Tutu était un fervent défenseur du multilatéralisme, et a joué plusieurs fois un rôle de premier plan à cet égard, par exemple en tant que membre distingué du Comité consultatif des Nations Unies sur la prévention des génocides, ou encore dans une Mission d’établissement des faits de haut niveau à Gaza en 2008. Au cours des dernières décennies, l’archevêque a continué à se battre avec passion contre bon nombre de problèmes critiques, dont notamment la pauvreté, le changement climatique, les droits de l’homme et le VIH/SIDA, a-t-il déclaré.

“Bien que le décès de l’archevêque Tutu laisse un grand vide sur la scène mondiale et dans nos cœurs, son exemple continuera à jamais à nous encourager à lutter pour un monde meilleur pour tous”, a conclu M. Guterres.

Laisser un commentaire