Tchad : Quand la crise malienne s’invite dans un cabaret

Le mardi dernier, dans un cabaret très fréquenté à Abéna, 4 militaires et quelques civils discutent de la guerre au Mali autour de leurs calebasses. Habillé au couleur de l’armée avec l’inscription «ANT» au niveau de la cuisse, Jules, le plus jeune d’entre eux dans un état d’ivresse a déclaré à l’endroit des civils, que normalement ceux-ci devaient gracieusement leur offrir à boire parce que, les militaires envoyés au Mali font la fierté du pays. Un débat houleux a suivi cette déclaration du caporal Jules. Les bidasses appuient leur jeune frère d’arme, tandis que pour les civils, cette déclaration frise la provocation. S’en est suivi des échanges de mots virulents de part et d’autre. La vendeuse Madeleine plus connue sous le sobriquet de maman Mado qui, jusque là n’a pas participé aux chaudes empoignades verbales entre les deux parties, va jeter de l’huile sur le feu. «Les vrais soldats qui font la fierté de ce pays, sont ceux qui chassent les terroristes au Mali et non ceux qui chassent les calebasses à Abéna» , avait-elle lancé tout de go. Les militaires ont mal gobé les rires moqueurs des civils qui ont accompagné cette déclaration qu’ils ont assimilée à une déclaration de guerre. Furieux, le caporal Jules toujours lui, se lève comme pour se faire servir et renverse l’ustensile de la vendeuse et tout son contenu avant de gifler violemment cette dernière. L’époux de la vendeuse qui était également présent, a riposté vigoureusement en envoyant d’un coup de poing le jeune soldat au tapis. C’est alors que les autres militaires sont entrés dans la danse portant main forte à leur jeune frère d’arme en difficulté. Voyant les bidasses se ruer sur la vendeuse et son époux, les clients civils montent aussi sur le ring. Pendant une dizaine de minutes, ce fut une rude bagarre rangée dans un concert de coups de poing, de savate et que sais-je encore. En minorité, les 4 bidasses sont rapide – ment mis hors d’état de nuire. Malgré cette cuisante défaite, les bidasses ont promis de revenir. L’accalmie revenue, l’époux de la vendeuse a ordonné à sa femme de sortir le reste de la boisson et de le servir gratuitement à tous ceux qui ont participé à cet «accrochage» en attendant le retour de leurs «adversaires» qui en ont fait la promesse. «Au lieu d’aller chasser les terroristes au Mali comme le font les vrais soldats, ces 4 délinquants déguisés en militaires viennent nous terroriser ici et ils osent parler de fierté dans un cabaret?» , a vociféré le vendeur de cigarette assis à côté de son étal chassant de temps en temps quelques mouches qui lui disputent sa bili bili.

MK

L’Observateur #694 disponible en pdf sur boutique.tchadinfos.com

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :